Clint Eastwood à la réalisation de The Ballad of Richard Jewell pour le duo Disney/Fox ?

Clint Eastwood à la réalisation de The Ballad of Richard Jewell pour le duo Disney/Fox ?

REX/Shutterstock


Bientôt 89 ans au compteur, et le bonhomme ne s'arrête pas pour autant de tourner...

Alors que son excellent La Mule a été l'un des jolis rdv de ce debut d'année ciné 2019, ce bon vieux Clint Eastwood serait déjà prêt à rempiler derrière la caméra si l'on en suit le site Deadline ce soir.
En effet, il pourrait s'accaparer le projet The Ballad Of Richard Jewell, un drame produit par le duo Disney/Fox poir lequel il avait déjà été cité comme potentiel réalisateur, et basé sur la vie d'un gardien de sécurité qui a été bouleversé lors des Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996, puisqu'il a été un suspect potentiel dans l'attentat à la bombe contre le parc olympique.
Il découvrit un sac à dos suspect dans l'enceinte des Jeux Olympiques, nettoya la zone et sauva des vies ce jour-là.
Mais à partir du moment où il a été critiqué par un article écrit par un journaliste trop zélé de l'Atlanta Journal Constitution, Jewell est passé de héros de la nation à l'un des hommes les plus détestés d'Amérique.
Le script du film est d'ores et déjà écrit par Billy Ray (Captain Phillips) et aurait prit ses bases sur l'article éponyme de Vanity Fair.
Jonah Hill avait un temps été attaché au rôle de Jewell, et Leonardo DiCaprio luo devait endossé celui de son avocat.
Reste à savoir maintenant si les deux bonhommes seraient potentiellement de retour avec l'arrivée de papy Clint à la tête du projet...

wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour Once Upon a Time in Hollywood de Quentin Tarantino
wallpaper-1019588
Dramatica : la théorie expliquée (116)
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Ceniza Negra (Cendre Noire)
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Adam