[CRITIQUE] : Just a Gigolo

 [CRITIQUE] : Just a Gigolo

Réalisateur : Olivier Baroux

Acteurs : Kad Merad, Anne Charrier, Léopold Moati,...
Distributeur : Mars Films
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h34min

Synopsis :

Comment vivre heureux et riche sans travailler ? Être Gigolo.
Mais après 25 ans de vie commune avec Denise, Alex le « gigolo » se fait congédier sans préavis et se retrouve à la rue. Forcé de s’installer chez sa sœur et son neveu de 10 ans, il n’a alors qu’une obsession : retrouver au plus vite une riche héritière.


Critique :

Énergique mais jamais sauvé ni par ses bons sentiments ni par un humour + ou - potache, #JustAGigolo, remake copie-calque sans valeur ajoutée, est une comédie classique et convenue sur un gigolo sur le retour, là où on aurait bien voulu que ce soit le duo Kad et O qui le soit... pic.twitter.com/UV3PSQ9rpc— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) April 17, 2019

On oublierait presque qu'au-delà de ses Tucheries étonnamment populaires dans les salles obscures (chacun ses goûts... mais quand-même), Olivier Baroux est surtout le papa de VRAIES bonnes comédies, toutes concoctées avec son comparse Kad Merad : Ce soir je dors chez toi, Safari, l'Italien - et son versant plus sérieux et dramatique -, où encore le génial Mais qui a re-tué Pamela Rose ?...

Le hic, c'est qu'il semble un peu avoir perdu son mojo avec le temps, tout comme son éternel comparse qui accumule les péloches indéfendables depuis qu'il est arrivé au firnament du box-office avec Bienvenue Chez les Ch'tis, il y a déjà dix ans maintenant.
Just a Gigolo était donc pensé comme des retrouvailles presque parfaite, même si ses fondations paraissaient méchamment bancales, puisqu'il est le remake d'une comédie déjà bien faisandée : How to Be a Latin Lover de Ken Marino, inédit dans nos contrées et c'est loin d'être un hasard.

[CRITIQUE] : Just a GigoloÀ l'écran, la potentielle catastrophe redoutée ne se dément jamais vraiment, tant le duo Kad et O n'arrive pas une seule seconde à injecter la moindre originalité ni même la moindre saveur à cette histoire difficilement prenante d'un loser jamais magnifique, gigolo défraîchi bazardé par une " compagne " octogénaire ayant trouvé plus jeune, après 25 ans de bons et loyaux services, et qui essaye de se retrouver une nouvelle héritière friquée/vache à lait après s'être réfugié chez sa soeur.

À la limite du vraisemblable - pour être poli - et même du dérangeant (faire de son héros un gigolo incapable, dont la vie est basé sur le profit de l'autre, la manipulation et le mensonge, le tout au sein d'une comédie limitée, fallait osé), énergique mais jamais vraiment sauvé ni par ses bons sentiments ni par un humour en dents de scie plus ou moins potache dominé par un Kad Merad qui s'échine pourtant comme un beau diable pour faire rire (et il n'a pas peur du ridicule, on le sait maintenant), Just a Gigolo, remake copie-calque sans valeur ajoutée, est une comédie classique et convenue dans toute sa splendeur.
Si son gigolo est sur le retour, on aurait aussi aimé que ce soit le duo Kad et O qui le soit, et pour de bon...


Jonathan Chevrier

[CRITIQUE] : Just a Gigolo

wallpaper-1019588
Une (belle) page se tourne
wallpaper-1019588
Masterclass Jean-Marie Roth
wallpaper-1019588
ROULEZ JEUNESSE (Critique)
wallpaper-1019588
VERSUS : Le Dîner de cons vs. Le Prénom
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] Jour 9 : Nés à Cannes
wallpaper-1019588
Terminator : Dark Fate : Première bande annonce !
wallpaper-1019588
John Wick Parabellum (2019) de Chad Stahelski
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Terminator : Dark Fate de Tim Miller