Chacal

Un grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Chacal » de Fred Zinnemann.

Chacal

« Les services de sécurité nous connaissent tous. Notre seule chance c’est d’engager un étranger. »

En 1962 l’attentat du Petit-Clamart, qui a vu la vie du président De Gaulle menacée, est déjoué. L’OAS (Organisation de l’armée secrète) qui a commandité la tentative d’assassinat ne s’avoue pas vaincue : elle engage un tueur professionnel sans identité, sans lien véritable avec l’extérieur pour la somme de 550 000 dollars. Cet homme mystérieux est surnommé « le chacal »…

« Je ne connais pas de cible plus difficile à atteindre... »

Chacal_Michael_Lonsdale

Ex-espoir des studios allemands de la UFA, néanmoins formé à l’École parisienne Louis-Lumière, Fred Zinnemann rejoint la cohorte de jeunes talents européens qui prennent la route de l'exode pour fuir à Hollywood la dangereuse montée des totalitarismes et l'avènement du nazisme. Toutefois, il se fera d'abord la main sur une palanquée de courts-métrages avant de se faire remarquer au cours des années 40 pour ses films noirs à petits budgets plutôt bien menés. Mais c'est à partir de la fin des années 40 et durant les années 50 que le cinéaste signe ses plus grands succès avec « Les anges marqués », « Tant qu'il y aura des hommes », « Au risque de se perdre » et surtout « Le train sifflera trois fois » pour lequel il obtient l'Oscar du Meilleur réalisateur. Amorçant déjà la fin de sa carrière dès le début des années 60, le réalisateur se fait alors beaucoup plus rare et ce en dépit d'un second Oscar obtenu pour « Un homme pour l'éternité ». Surtout, il semble alors délaisser les drames intimistes et moraux qui avaient jusque là fait son succès pour consacrer ses derniers films à des sujets liés à l'Histoire contemporaine, tels que la Guerre d'Espagne (« Et vint le jour de la vengeance ») ou la barbarie nazie (« Julia »). Après sept années d'absence des plateaux de cinéma, il revient en 1973 pour tourner son antépénultième film, « Chacal ».

« Il est au courant de nos dispositions mais il n’a pas renoncé à son projet. C’est un défi qu’il nous lance à tous »

Chacal_Philippe_Leotard

Adaptation du best-seller éponyme de Frederick Forsyth (dont les écrits donneront lieu plus tard aux films « Le dossier Odessa » et « Les chiens de guerre »), le film est un thriller politique d'anticipation prenant pour sujet la guerre secrète menée par l'OAS pour éliminer le Général De Gaulle alors Président de la République. Débutant juste après l'attentat manqué du Petit Clamart (superbement reconstitué), le film imagine le recrutement par l'OAS d'un tueur à gages professionnel de stature internationale pour organiser et réussir cet assassinat. Dès lors, le film construira en parallèle deux histoires: l'une centrée sur les préparatifs du tueur (dit le Chacal), l'autre étant consacrée à l'enquête menée par les Services secrets pour tenter d'identifier et de débusquer le tueur avant qu'il ne puisse passer à l'acte. Commence alors une véritable course contre la montre doublée d'une chasse à la souris d'autant plus difficile que l'heure n'est pas encore à l'informatique et que toutes les informations sont à rechercher et recouper manuellement. Mais le film est surtout l'occasion d'un incroyable duel psychologique entre un tueur caméléon impitoyable, dénué d'humanité (il n'hésitera d'ailleurs pas à tuer nombre de ceux qui lui viennent malgré eux en aide) et jusqu’au-boutiste, et un policier imperturbable et méthodique. Véritable antithèse de James Bond, ce thriller de (contre)espionnage dénué de glamour (chose rare pour l'époque, le tueur opportuniste est ouvertement représenté comme bisexuel pour se fondre au mieux dans le décor) tient en haleine de bout en bout malgré sa durée un peu conséquente (2h15). Porté par un casting sans vedettes (Edward Fox et Derek Jacobi sont alors des débutants quasi inconnus face à quelques acteurs français méconnus du public international comme Michael Lonsdale, Michel Auclair, Philippe Léotard ou Delphine Seyrig), le film fait également écho de manière évidente au traumatique assassinat de JFK. Une référence du genre, même cinquante ans après sa sortie.

Chacal_Edward_Fox

****

Le blu-ray : Le film et présenté en version originale anglaise (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

Côté bonus, le film est accompagné de « Dans la ligne de mire » : documentaire de Julien Comelli et Erwan Le Gac, de « Casablanca, la Foi et le Cinéma » : entretien avec Michael Lonsdale, des Featurettes d’époque : Le tournage à paris et Entretien avec Fred Zinneman. Une Bande-annonce d’époque et une Galerie photo complètent cette édition.

Edité par Elephant Films, « Chacal » est disponible en combo blu-ray + DVD ainsi qu’en édition DVD depuis le 28 février 2019.

La page Facebook de Elephant Films est ici.


wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Shazam !
wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma
wallpaper-1019588
Willem Dafoe au casting de Nightmare Alley signé Guillermo Del Toro ?
wallpaper-1019588
Ryan Reynolds en vedette de la comédie Imaginary Friends signée John Krasinski ?
wallpaper-1019588
[AVIS] Maléfique: Le Pouvoir du mal, mais pas trop non plus !
wallpaper-1019588
Le Maître d'Armes