Vice – 15/20

Vice : AfficheDe Adam McKay
Avec Christian Bale, Amy Adams, Steve Carell

Chronique : Vice est une satire politique féroce et acerbe, un portrait au vitriol de celui qui aura su à grands coups de manœuvres politiques machiavéliques transformer le poste anecdotique de Vice-Président des Etats-Unis en celui de l’homme le plus puissant du pays (et donc de la planète).
Comme il l’avait fait pour illustrer brillamment la crise des subprimes dans l’excellent The Big Short, Adam McKay fait appel aux ressorts de la comédie et de la farce pour appuyer sa démonstration. A la fois divertissant et éclairant, Vice nous apprend beaucoup sur les arcanes du pouvoir américain et les failles dans lesquelles Dick Cheney s’est engouffré avec une gloutonnerie et une ambition monstrueuse.
Ce n’est certainement pas le premier film à décortiquer la perversité et le cynisme du monde politique, mais Vice se distingue par la vitalité de sa mise en scène, sa malice, son ton léger et humoristique qui bien loin de passer pour de la futilité crédibilise avec force le travail d’investigation et amplifie le sentiment de consternation. McKay joue du double sens, du off, innove sur la forme, détourne des images, utilise habilement la vivacité du montage pour faire passer ses messages (géniale idée de faux générique au milieu de film). Fascinant et glaçant. Ainsi même si on sait maintenant qu’il n’y a jamais eu d’arme de destruction massive en Irak, on assiste ébahis aux manœuvres d’un homme pour créer le vide autour de lui, s’appuyer sur un système nécrosé et imposer une guerre absurde sans autre but que de servir ses intérêts politiques et financiers. Avec comme conséquence bien réelle l’émergence de Daesh, comme la guerre américaine en Afghanistan à la fin des années 70 avait créé Ben Laden.
L’interprétation massive de Bale, monstre de cynisme et impressionnant de mimétisme avec l’ancien VP, le place idéalement dans la course à l’Oscar, l’académie raffolant des biopics et tout ce que ça signifie en grimage et performance over the top. Mais il serait presque éclipsé par Amy Adams, qui tout comme son personnage tire son partenaire masculin vers le haut. A eux deux, ils sont la parfaite illustration du couple politique arriviste à l’ancienne, manipulateur et peu scrupuleux, que rien ne semble pouvoir arrêter.
Passionnant, édifiant et éloquent

Synopsis : Fin connaisseur des arcanes de la politique américaine, Dick Cheney a réussi, sans faire de bruit, à se faire élire vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l’homme le plus puissant du pays, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les conséquences aujourd’hui…


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Okko et les Fantômes
wallpaper-1019588
VERSUS : Le Dîner de cons vs. Le Prénom
wallpaper-1019588
Les Croix de Bois (1932) de Raymond Bernard
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] Jour 10 : Regarde les hommes tomber… et les filles twerker
wallpaper-1019588
Premières images officielles pour Ford v Ferrari de James Mangold
wallpaper-1019588
Bande annonce pour Yves signé Benoît Forgeard
wallpaper-1019588
Mandibules : Quentin Dupieux se paye un joli casting pour son prochain film