Le chant du loup, critique

Le chant du loup, critique

Oui, le cinéma français peut s’aventurer avec ambition dans le film de genre, et en l’occurrence le film de sous-marin. Voilà qui fait du bien et est aussi prometteur pour son réalisateur. Le Chant du Loup est une initiative réussie qui mérite d’aller s’isoler dans les salles obscures.

Le chant du loup, critiqueQuand on pense à film de sous-marin, forcément les références sont tout de suite Das Boot, A la poursuite d’Octobre Rouge ou USS Alabama. Des références qui n’ont pas effrayé Antonin Baudry pour son premier film. Car après une carrière de diplomate et d’auteur (la BD et le scénario de Quai d’Orsay, c’est lui), le voilà qui se place enfin derrière la caméra pour se lancer dans un pari audacieux.

Le film débute par une séquence qui nous met déjà sous tension en 20 minutes. Un sous-marin français doit récupérer un commando sur les côtes syriennes. Mais l’oreille d’or du sous-marin repère le son d’un bâtiment qu’il ne connait pas et qui pourrait tous les mettre en danger. Ce n’est que le début d’une intrigue qui va mettre à mal la sécurité nucléaire du pays.

Car cette introduction n’est que le début d’une intrigue de plus grande ampleur qui va impliquer le déclenchement possible d’une guerre nucléaire. Au travers du sous-marin, le réalisateur arrive très bien à faire monter cette tension et surtout à montrer que les enjeux dépassent largement l’équipage sans pourtant montrer une seule seconde ce qu’il peut se passer en haut lieu. Ici, tout ou presque se passe sous la soute.

Le chant du loup, critique

Le réalisme est de rigueur et cela fonctionne très bien. Coincé dans les coursives de sous-marins, le réalisateur nous plonge dans l’ambiance claustrophobe sans pour autant nous lasser et sans prêter à confusion. Il faudra peut-être un temps de décompression au début pour comprendre des dialogues parfois techniques et militaires (et que l’on entend parfois à moitié avec certains défauts de mixages) mais ensuite l’intrigue est assez prenante et plonge tellement bien dans les arcanes de notre système de dissuasion pour en cibler les failles qu’elle en devient passionnante et avec des enjeux aussi élevés que dramatiques.

Le chant du loup, critique

En plus de cette maîtrise, il faut aussi saluer le bon casting qui est ici rassemblé et qui fait parfaitement le job. Rassembler Mathieu Kassovitz, Omar Sy et Reda Kateb dans un même film est gage de qualité et c’est bien le cas ici. Mais ils ne sont que secondaires car tout est porté par un François Civil qui fait très bien le job même si on a parfois l’impression qu’il surjoue un peu la concentration en écoutant des bruits au casque.

Le chant du loup, critique

Pour un premier film, et un film français c’est donc une réussite. Mais on ne peut s’empêcher de penser que cela aurait été encore mieux avec quelques années d’expérience au compteur. L’intrigue amoureuse heureusement secondaire est ici tout de même très superflue et ne sert à justifier qu’une arrivée tardive dans le sous-marin. Et certains moments arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe (comme ce tir de roquette). Mais ce sont des défauts qui pourront être largement rectifiés sur de prochains films du réalisateur dont l’ambition et le savoir-faire sont clairement salutaires pour un cinéma français.


wallpaper-1019588
Affiche IMAX pour Venom de Ruben Fleischer
wallpaper-1019588
Une (belle) page se tourne
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
First Man - Le premier homme sur la Lune
wallpaper-1019588
Le conflit dans la série
wallpaper-1019588
Affiches pour Nous Finirons Ensemble de Guillaume Canet
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #25. Road House
wallpaper-1019588
Première affiche US pour Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile de Joe Berlinger