Cléo de 5 à 7


Cléo de 5 à 7
CLEO DE 5 A 7d'Agnes Varda
Ce film commence sur une séance de lecture de cartes. Seulement deux voix et ces étranges objets que sont les cartes de tarots. Un ballet de mains virevoltantes, d'abord en tirer neufs avec la main gauche, puis en tirer quatre autres pour plus de précisions. Et enfin les larmes Cléo qui croit voir quelque chose. C'est au moment où elle sort de cette consultation et que Cléo retrouve sa gouvernante que le premier chapitre commence, il est cinq heures.
Cléo de 5 à 7Avant tout ce film est un petit trésor de réalisation et d'écriture; Agnes Varda décide de le faire se dérouler en temps réel. À sept heure notre héroïne Cléo recevra le diagnostic qu'elle redoute tant. Deux jours au par avant elle a fait une biopsie et maintenant elle est persuadée que sa fin est proche.Pour que son spectateur ressente lui aussi cette sensation où les minutes accélèrent leurs fuites ou la ralentisse, la réalisatrice chapitre son long métrage de manière inégale, parfois les minutes s'éternisent, parfois elles filent, comme dans nos vies. On ne peut que s'imaginer le travail titanesque que c'est en matière de préparation et de montage, ce que ça implique en terme de dialogue, et de dextérité de la part des acteurs qui doivent respecter un espace précis, mais cette œuvre arrive à conserver cette fluidité enivrante et laisse au spectateur ce sentiment d'aisance et de normalité.

La photographie est spectaculaire, nous avons eu la chance de découvrir ce film dans son édition criterion, avec un rendu impeccable; mais sans ça on aurait pu qu’être impressionné. Par exemple par la scène la plus riche, dans un café , où Cléo boit un café pour reprendre ses esprits après la consultation de la cartomancienne.

Cléo de 5 à 7Ici les plus fins connaisseurs de l'oeuvre d’Agnès Varda reconnaîtront ses références à Manet, je vous avoue que moi j'ai uniquement été bouleversée par son travail sur la perspective qu'elle casse allègrement avec un jeu de miroir.
Miroirs si importants dans la vie de Cléo, qui lie la beauté à la santé. Si on peut penser qu'il y a deux temps dans ce film. Le premier est celui de l'apparence, de l'image qu'elle renvoie ou qu'on a d'elle. Ce moment est souvent ponctué par des jeux de reflets, dans une boutique elle disparaît toute ou partiellement au grès de tel ou tel miroir; et chez elles ils rythment sa vie passant de l'un à l'autre. Là aussi Agnes Varda, maîtrise parfaitement sa caméra, sachant ne jamais se refléter dans un de ces mesquins petits objets.La chambre est le lieu de bascule, où notre héroïne que l'on percevait comme une petite chose capricieuse, twiste et assume qui elle est. Le point d'orgue de tout ça étant la chanson « pour toi ». Son domicile en dit beaucoup sur ce qu'est la vie de Cléo. La pièce principale est avant tout sa chambre où domine dans un coin un lit magistral, et c'est dans une robe d'intérieur toute en falbalas et plumes qu'elle reçoit son amant et ses musiciens.Cléo de 5 à 7Mais c'est aussi un endroit très infantile où des peluches sur pattes, deux petits chatons gambadent joyeusement; une balançoire et un trapèze pour qu'elle se détende sous l’œil de sa gouvernante se balançant dans un rocking-chair. Ce qui donne une scène très belle, où les perspectives n'existent pas, et les mouvements de balanciers sont hypnotiques.
On a vite fait de se dire que sa maladie n'est pas anodine lorsqu'on apprend que l'homme qui lui offre ce train de vie est médecin, mais c'est à double sens car si elle est malade le fait qu'il ne s'aperçoive de rien parle de son intérêt pour la jeune femme. Ceci est à l'image de ce que l'on sait de leur relation. On a du mal à savoir s'il n'est marié qu'à son travail et s'il n'y a pas une épouse quelque part ailleurs.Arrêtons nous sur les deux parties du film dont je vous parlais précédemment. Elles semblent se répondre détruisant tout ce que l'on croyait savoir de notre chanteuse, et en utilisant diversmoments qui se font écho. Le plus évident étant les costumes, adieu coiffure élaborée, et robe habillée, bonjour robe noire très classique et coupe au carré. Adieu gouvernante qui l'infantilise et ne la croit pas, bonjour amie de toujours qui perçoit Cléo comme celle qui a réussi. Les médecins aussi se répondent, puis les hommes de ceux qui veulent lui faire chanter des choses, à celui qui a une jolie Cléo de 5 à 7réponse pour tout, il y a tant d'autres comme les bars, les moyens de transports..... finalement cela forme un tout adieu Cléo bonjour Florence. C'est aussi fascinant à détricoter que c'est un plaisir à voir.
Ce film est citadin, et Agnès Varda filme Paris avec la même délicatesse qu'elle filme Cléo, et lorsqu'elle filme les deux en même temps elle déroule son talent. Par exemple elle utilise une caméra pour plonger et filmer Cléo et sa gouvernante traversant la rue à «la parisienne», une belle femme dans un monde de fourmis. Alors que plus tard , elle utilise un travelling filmant le visage de son héroïne torturé. Et les individus qu'elles croisent ne rentrent plus dans son plan. La ville semble disparaître pour remettre à la place qui lui est du l'individu. On regarde les marins et leurs pompons, plus que le quartier en lui même. Le cinéma s'oublie à la faveur d'un court métrage.Puis il y a le Paris bucolique, celui des jardins et des fleurs, celui où Cléo nous présente Florence. Moment où l'image qu'elle renvoie ne compte plus tant que ça. Agnès Varda filme par le prisme d'un trajet en bus, qui est à ce moment là, la définition du romantisme, une relation au temps différente.

Cléo de 5 à 7Cléo rencontre un homme ce jeune soldat qui repart en Algérie à huit heure. Il est un vecteur sur qui on peut compter il aide le spectateur à réfléchir, et Florence à cheminer.Ce long métrage,en plus d’être un objet sublime, est aussi un film féministe. La manière dont est traitée Cléo est rythmée par une misogynie permanente. On peut se demander pourquoi elle n'aurait pas le droit d’être inquiète et bouleversée par le verdict? Est-ce que sa situation est réellement enviable, elle qui est en permanence jugée ?Son extrême beauté, fait que peu de personne finalement la prenne au sérieux. Cléo est interprétée par la sublime Corinne Marchand. J'ai lu des gens très sévères avec son interprétation, je l'ai trouvé bouleversante dans ce rôle difficile, exigent. Il y a une multitude de rôles secondaires plus ou moins important de personnes connus: Karina, Frey, Brialy, Legrand qui signe aussi la musique du film....
Je ne sais pas comment j'ai pu passer à coté de ce film. Il est extraordinaire et a un discours d'actualité aujourd'hui.

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : La Malédiction de la Dame Blanche
wallpaper-1019588
First Man - Le premier homme sur la Lune
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Colette
wallpaper-1019588
Freida Pinto au casting de Hillbilly Elegy signé Ron Howard ?
wallpaper-1019588
Lionsgate : Vers un film prequel à la saga Hunger Games ?
wallpaper-1019588
Premier aperçu pour le remake de West Side Story signé Steven Spielberg
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Happiness Machine