La Château Ambulant


La Château Ambulant
LE CHATEAU AMBULANTde Hayao Miyazaki
Sophie est une jeune chapelière, elle a hérité de la boutique de son père. Un jour alors que  les jeunes femmes travaillant avec elles partent voir un défilé avec sa mère, toutes en plumes et en toilettes somptueuses. Sophie, elle préfère finir son travail. Lorsqu'elle sort pour retrouver sa sœur, elle fait une étrange rencontre
La Château AmbulantCe film est celui que j'ai le plus aimé de Miyazaki. Je le trouve d'une créativité foisonnante, d'un esthétisme bouleversant, et avec un discours qui me parle. C'est bien simple j'ai l'impression qu'Hayao Miyazaki l'a dessiné pour moi (moment d’ego hypertrophié qui va de paire avec mon statut de blogueuse)Ce film brasse trois thèmes principaux. D'abord l'apparence, l'image que l'on a de nous même et sur ce qu'elle amène dans nos vie . Arrêtons-nous sur le sort qui frappe Sophie. Cette jeune fille, toute mignonne est très peu sure d'elle, se révèle lorsque son corps devient celui d'une vieille femme. Elle n'a plus peur de rien, elle s'impose, et se libère. Sans rien vous spoiler, on s'aperçoit que jamais le sort n'est levé en tant que tel, c'est Sophie, qui se libère. Moins elle pense à ce que renvoie son corps, moins son avis est rude sur elle, plus elle s'oublie, happée par sa réalité plus elle redevient Sophie. Ce qui explique que lorsqu'elle dort, sa physionomie originelle revient. Et que Hauru est parfaitement conscient de ce qu'elle traverse, sans jamais le dire. Au final elle ne redeviendra pas l'ancienne Sophie, elle est une nouvelle personne qui ne se positionne plus en fonction de se qu'elle pense de son physique.

La Château AmbulantHauru et Sophie partagent d'ailleurs ce changement physique, et le risque de rester bloquer dans une autre apparence. Hauru n'a pas peur de cette transformation, alors qu'il est extrêmement pointilleux sur son aspect physique. Il y a une scène autour de son changement de couleurs de cheveux très drôle, et assez étonnante. Changement de couleur qui prendra tout son sens à la fin de ce film. Car ce personnage aussi revient à ce qu'il était, et se recréer.Une scène restera longtemps en moi, comme un marqueur de ce qu'est l'importance de ce que l'on renvoie . Sophie et Marko (tout jeune garçon jouant les apprentis de Hauru) partent faire des courses. Sophie ressemble donc à une vielle dame. Et Marko porte une cape magique qui le fait ressembler un vieillard avec une longue barbe. Ce sont deux enfants et personne ne le sait, personne ne le devine, et tout le monde interagit avec eux, avec le respect du aux aînés.J'ai lu ici et là des critiques sur l'écriture des personnages secondaires que l'on pensait trop esquissés. J'ai trouvé ça intéressant, car j'avoue ne pas avoir eu ce sentiment, pour moi dans ce film ce qui n'est pas explicité doit se jauger sur l'apparence et ce qu'il renvoi. C'est l'image qu'en a Sophie.Je terminerai en soulignant que Miyazaki joue tout le long du film sur l'apparence Calcjfer, la sorcière des landes, le roi et finalement même le château ambulant... tout n'est question que de reflet.
La Château AmbulantEnsuite il y a tout un chapitre sur aimer et la place que l'on accorde à son cœur. Avant tout c'est un film qui concerne des adultes ou de jeunes adultes, donc oui il y a une charge sensuelle qui n'est pas habituelle chez Miyazaki, qui est totalement légitimée par les personnages. mais aussi par ce que je disais du travail sur l'apparence. Le corps prend toute la place qui lui est accordée. Comme celui de Sophie qui habite de plus en plus sa robe, grâce au travail de Miyazaki. Son corps se redresse, elle a un port de tète de plus en plus fier. De même pour Hauru, qui est créé pour être attirant, et dont on apercevra les fesses dans une scène rigolote. La manière dont ils s'étreignent, dont ils s’enlacent sont celles d'adultes et sont évoquées avec délicatesseLe foyer, le cœur de sa maison, qui ici est représenté par Calcifer.Ce petit personnage si attachant est la force de la maison. Mais pas seulement. La narration intelligente nous fait découvrir toute son importance, au fil du film. Et la métaphore que je me refuse de divulguer prend toute son importance et nous éclate au visage, nous mettant face à notre réalité. La Château AmbulantPuis il y a le cœur et l'amour, avec cette magnifique phrase «un cœur c'est lourd a porté». Et je me mets à penser que ce film, est comme les chansons d'amour, il prend tout son sens une fois que vous êtes amoureux. Ce n'est que par la magie du key maker de ce blog que je comprends le poids d'un cœur, sa décision de se battre et le pourquoi il la prend, les raisons pour lesquelles il installe son château pour Sophie à tel endroit, ou quand il le réaménage. Je comprends ce qu'il voit en elle, tout comme ce qu'elle voit en lui. Je comprends aussi l'évidence que perçoit la sorcière des landes. Ce film est pour moi celui qui parle le mieux de ce qu'est l'amour quand on est une personne peu sure d'elle. Et de la force qu'il apporte.
La guerre est souvent évoquée d'une manière ou d'une autre dans l'oeuvre du maître, mais ici il écrit un vrai pamphlet contre elle. Il n'en dessine pas les contours, ne cherche pas les tenants ou les aboutissants. Il n'y a pas vraiment de cause, chaque partie veut un magicien, chacun à ses sales secrets. Il y a un gros travail sur les bombardiers. Ils sont différents mais le spectateur n'a pas la possibilité de savoir de quel coté ils sont. Dans ce marasme, ils semblent presque s'allier pour tuer les civiles à terre. La Château AmbulantLe plus impressionnant est le travail sur la forme de ces bombardiers, ils ressemblent énormément à des dirigeables et pourtant Miyazaki leur donne une forme quasi animale en utilisant des ailerons qui ressemblent à des pattes de tortues. Et de leurs manières de lancer des bombes, toujours filmées en contre plongée, et qui donnent juste l'impression qu'ils défèquent ces saletés de bombes. Ils deviennent juste des animaux qui sèment la mort.
Le film a une esthétique parfaiteLe château est un bonbon entre steampunk et féerie, j'ai mis longtemps à m'apercevoir qu'il avait une forme de cœur « anatomique », et que sa manière de bouger pouvait faire penser à une pompe. C'est extrêmement bien fait.J'ai adoré toute la réflexion sur les costumes, l'apparence,sur les couleurs de cheveux c'est somptueux. Miyazaki a rajouté une touche d'infographie, ce qui permet un rendu très différent sur les cheveux qui volent au vent, mais quelque chose d'assez incroyable au niveau des plumages par exemple, vous avez presque l'impression que vous pouvez toucher la texture de chaque plume.La Château AmbulantLes tableaux sont tous sublimes, les paysages sont beaux à s'en crever les yeux. Vous avez envie de vous asseoir avec Sophie pour regarder ces paysages sereins et tout oublier.Je finirai de me pâmer sur l'esthétique de ce film en vous parlant d'un champs de fleurs que je ne veux pas trop vous situer pour que vous ayez la surprise. Certains d'entre vous savent que je peins, j'avoue avoir été émerveillée par les plans de ce champs. J'avoue avoir eu envie d’arrêter le film pour pouvoir admirer chacune de ces fleurs, chacune unique. Et je trouve que c'est à l'image de tout ce film.
Je sais que ce film est loin d’être le plus aimé de Miyazaki. Je n'ai pas envie de trop analyser pourquoi, ce qui me porte est que cette œuvre est une ode au pacifisme, à l'acceptation et à l'amour. Je suis à peu près sure que je découvrirai d'autres choses lorsque je le reverrai. Je ne suis pas certaine par exemple d'avoir percé tous les secrets de Marko. Ce conte fut un charme, un moment suspendu dans le temps.

wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche internationale pour Bohemian Rhapsody de Bryan Singer
wallpaper-1019588
MISSION : IMPOSSIBLE – FALLOUT : Immortan Tom ★★★★☆
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
Nouvelle vidéo featurette VOST pour Rocketman de Dexter Fletcher
wallpaper-1019588
Première image officielle pour Vivarium de Lorcan Finnegan
wallpaper-1019588
Premier trailer pour We Have Always Lived in the Castle de Stacie Passon
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Les Crevettes Pailletées