The Stolen (2018) de Niall Johnson

"The Stolen" en V.O. pour cette co-production anglo-germano-néo-zélandaise dont l'autre titre connu est "Lady Gun Fighter" en V.F. (?!!)... Résultat, un western néo-zélandais ce qui est déjà une nouveauté en soi. Le film est réalisé par le britannique Niall Johnson qui semble de retour après la romance "Quelques Mots d'Amour" (2016) et surtout après le succès "Secrets de Famille" (2005). Le scénario est signé de Emily Corcoran qui apparaît également comme une des prostituées de l'histoire... Au casting on retrouve en maman courageuse la jolie vedette Alice Eve remarquée surtout en docteur Carol Marcus qui chamboule James Kirk dans "Star Trek : Into the Darkness" (2013) de J.J. Abrams.

The Stolen (2018) de Niall Johnson

Elle est entourée d'acteurs plus ou moins inconnus mais on peut citer surtout Jack Davenport vu en officier James Norrington dans la première trilogie "Pirates des Caraïbes" (2003-2007), Graham McTavich qui connait déjà bien la Nouvelle-Zélande après la trilogie (2012-2014), puis, enfin un certain Richard O'Brien acteur occasionnel et surtout auteur de pièce de théâtre néo-zélandais depuis 2011 auquel on doit la pièce "The Rocky Horror Show" adapté au cinéma pour être le culte ultime "The Rocky Horror Picture Show" (1975) de Jim Sharman dans lequel il jouait Riff Raff... En 1882, une jeune épouse arrivée tout juste d'Angleterre a rejoint son époux qui a une plantation. Peu de temps après son accouchement son fils est enlevé et son époux tué. Suite à un premier indice elle décide de partir à la recherche de son fils... Le premier bon point est la mise en valeur des magnifiques paysages, des décors soignés à une époque où la Nouvelle-Zélande était un far-west fantasmé digne des Rocheuses du grand Nord... Alice Eve incarne une beauté diaphane ingénue qui a bien du mal à s'affirmer avant que son bébé soit un déclencheur ultime d'une violence sous-jacente. Elle reste le point fort du film. Si l'histoire est basique et la traitement trop classique la dramaturgie reste prenante grâce à des personnages touchants et emblématiques.

The Stolen (2018) de Niall Johnson

Malheureusement que ce soit sur la mise en scène où l'écriture le film manque cruellement d'ambition. Un peu plus de souffle épique et romanesque aurait donné un film plus puissant à tous les niveaux. Prendre son temps pour poser les enjeux notamment humains aurait fait un film plus d'une densité qui aurait tout changé. Les seconds rôles sont sous-exploités (les amies prostituées ont droit 2mn chacune, le maori trop gentil mais pourquoi ?! Des méchants très différents mais intéressants ...). Une histoire avec un beau potentiel dramatique auquel il manque juste un peu plus d'ampleur et d'envie. Dommage...

Note :

Stolen (2018) Niall JohnsonStolen (2018) Niall Johnson Stolen (2018) Niall JohnsonStolen (2018) Niall Johnson

Pour info bonus, Note de mon fils de 9 ans :

S'inscrire à la newsletter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :


wallpaper-1019588
Comment écrire un documentaire?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Larguées
wallpaper-1019588
Culte du dimanche : Iron Man
wallpaper-1019588
Call me by your name
wallpaper-1019588
Avengers : Endgame : Posters des personnages !
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche japonaise pour Aladdin de Guy Ritchie
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Dumbo
wallpaper-1019588
Fog (1980) de john Carpenter