Mon année cinéma 2018

Je n'ai aucune prétention d'avoir un goût universel, ni de pouvoir graver dans la pierre quels sont les meilleurs ou les pires films de l'année, loin s'en faut. Mais, comme chaque année, je voudrais partager avec vous mes gros coups de cœur, quelques jolies surprises... et grosses déceptions de 2018.

Petit rappel à l'usage de mes lecteurs de fraiche date: Je ne méprise aucunement le cinéma hexagonal, bien au contraire, c'est lui qui me fait gagner ma croûte. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il serait très mal venu de critiquer le travail de tel ou tel confrère, if you see what I mean... Lorsqu'on connait l'envers du décor de la création cinématographique made in France, que l'on sait quel parcours du combattant il faut traverser pour voir un projet de film finalement à l'écran et quel sort est réservé au scénario, on se dit que certains films, même imparfaits, ont le grand mérite d'exister. ^^

Comme chaque année, j'ai découvert une centaine de films en salles, carte illimitée oblige, dont environ un tiers d'oeuvres françaises. J'en ai hélas aussi raté pas mal, puisque les films d'auteurs sont mal distribués sur notre sol...🙁

Bon, trêve de blabla, roulements de tambour et bilan de cette cuvée 2018 qui d'une manière générale, ne pas vraiment emballée:

Mes gros coups de foudre:

S'il est un film que je garde en tête, et dans le coeur, c'est bien le First Man de Damien Chazelle, épopée sensorielle et mélancolique à hauteur d'homme. Il faut dire que je voue une passion aux films qui traitent d'astronomie et de conquête spatiale ( je suis d'ailleurs en train d'en écrire un), mais on n'avait jamais filmé la conquête spatiale de cette façon. Je salue, une fois encore, l'audace et le talent de ce jeune cinéaste. Il m'a offert un voyage hallucinant, et fort en émotions, belle séance d'inspiration pour mon Dimitri...

J'aurais aussi pu débuter en vous chantant les louanges d'Hostiles de Scott Cooper, sans doute le meilleur western depuis Dance with wolfes, avec un regard forcément plus sombre et moderne, en résonance avec notre époque. Ce film m'a tout simplement laissée KO.

Et puisqu'il est question de société américaine et de racisme, j'ai été totalement bluffée par l'intelligence du BlacKkKlansman de Spike Lee, et peut-être plus encore par la lucidité, l'audace et la sagesse de Blindspotting, réalisé par Carlos López Estrada et écrit par un tandem de très jeunes comédiens, Daveed Diggs et Rafael Casal. Respect! Réaliser ce genre de films en France relèverait de la gageure, tant les décideurs sont frileux, ce serait pourtant cruellement nécessaire...

Dans un tout autre registre, en forte résonance avec mon propre univers, j'ai été bouleversée par le Leave no trace de Debra Granik et par The Rider, de Chloe Zhao, dont j'avais déjà adoré le premier opus, Songs My Brothers Taught Me. Elle nous livre, une fois encore, et avec un budget minimaliste, un portrait à la fois subtil et poignant de l'Amérique profonde et d'une jeunesse sacrifiée. Grosse baffe! Nettement moins emballée par Lean on Pete d'Andrew Haigh, film touchant mais inégal.

A noter, dans un univers très proche, une merveille de film franco-américain, Mobile Homes de Vladimir de Fontenay. Il m'a touchée, lui aussi, en plein coeur.

Et puisqu'il est question d'Amérique profonde, comment ne pas citer 3 Billboards de Martin McDonagh, qui fut mon premier crush de l'année. Belle leçon de caractérisation chorale!

Dans un registre nettement plus barré (et casse-gueule), amour absolu pour de Craig Gillespie. Et quelle performance d'actrice nous livre Margot Robbie, tout comme James Franco dans son The disaster artist, film génial mais hélas sabordé par les turpitudes personnelles de son créateur. Toujours l'épineuse problématique du " faut-il séparer l'homme de l'artiste? " ...

J'ai été totalement séduite par le Phantom Thread de PT Anderson, que j'ai eu la chance de découvrir en avant-première et en compagnie du cinéaste, un des moments forts de l'année. Et Greta Gerwig a confirmé tout le bien que je pensais d'elle en signant sa première réalisation. Sa Lady Bird est irrésistible.

Très grosses baffes devant le de Matteo Garrone et Aus dem Nichts de Fatih Akın, et chapeau à leurs interprètes principaux, Marcello Fonte pour l'un, Diane Kruger pour le second.

La passionnée de rock que je suis a été gâtée cette année. Enorme coup de coeur pour Leto de Kirill Serebrennikov, une bien belle partition sur un thème qu'on croyait à tort rebattu! Le film est d'autant plus poignant que le cinéaste est toujours assigné à résidence dans l'attente de sa parodie de procès. Autre époque, même régime politique... 🙁

Mention spéciale, aussi, pour England is mine de Mark Gill. J'ai une passion pour les biopics qui explorent la jeunesse d'artistes cultes, Morrissey en l'occurence, mais ce pur bijou livre en sus les clé de la plupart de ses chansons cultes, bel exercice de style! Le Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli retrace, lui, avec beaucoup de grâce, la dernière année de Nico.

J'ai aussi beaucoup aimé, n'en déplaise aux mauvaises langues, le Bohemian Rhapsody de Bryan Singer. Film effectivement consensuel, mais qui redonne vie de façon bluffante à Freddie Mercury tel qu'on l'aime. C'est déjà pas si mal. C'est d'ailleurs la première fois depuis trèèès longtemps que j'ai l'impression de voir l'artiste original et pas son interprète (génial Rami Malek). Grosse chialade...

Dans ce même registre, le Trois jours à Quiberon d'Emily Atef, est bluffant lui aussi, malgré quelques longueurs et complaisances.

Comme chaque année, le cinéma asiatique m'a offert de belles émotions. Coup de foudre atomique pour le de Lee Chang-dong (Corée), son écriture magistrale et sa cinégénie envoutante. Sur la deuxième marche du podium, ex aequo, de Dong Yue (Chine) et de Hirokazu Kore-eda (Japon), Palme d'Or à Cannes. Sur la troisième, de Naomi Kawaze (Japon). Enorme déception, en revanche, en ce qui concerne l' de Kiyoshi Kurosawa (Japon), que la presse vendait comme un puuuur chef d'oeuvre... 😉

Enorme claque en provenance de Norvège, avec le glaçant d'Erik Poppe, vu au lendemain de l'attentat de Strasbourg, cruelle ironie du sort...

Et dans la série: plaisir régressif, gros kiff devant le reboot de signé par ce cher Shane Black. C'est à la fois un bel hommage aux films des 80's et une relecture moderne, badass et drôlissime. J'y suis d'ailleurs retournée, avec autant de plaisir, avec un ami cinéphile qui a bien kiffé lui aussi. Autant vous dire qu'en comparaison, la cuvée 2018 des Marvel movies m'a semblée bien fade.

Nettement moins convaincue par le sequel/reboot d'. En matière de films d'horreur, mes trois frissons de l'année ont pour noms (Ari Aster), (John Krasinski) et surtout, (Paco Plaza).

Les films que j'ai aimés, mais un peu moins

Je ne suis pas fana des films dits romantiques, aussi n'étais-je pas la cible idéale pour le (très honorable) remake d' signé Bradley Cooper ni le délicieusement nostalgique de Luca Guadagnino.

J'ai passé un super moment devant le foutraque How to talk to girls at parties, John Cameron Mitchell est décidément génial, mais parfois un poil paresseux sur le scénario. 😉

Le Mary Sheilly d'Haifaa Al Mansour m'a plus marquée par son sujet lui-même que par son écriture ou sa réalisation. Et le du tandem Jason Reitman-Diablo Cody m'a touchée, mais bien moins que leurs précédentes collaborations, Juno et Young Adult.

Très touchée mais pas vraiment bluffée, non plus, par le de Jim Cummings, qui manque un poil de folie à mon goût. Même chose pour de Bo Burnham, qui fait grosse sensation outre-Atlantique. J'ai été plus convaincue par le de Lukas Dhont.

Je trouve que pour sa première réalisation américaine, , notre Mélanie Laurent nationale ne démérite pas, d'autant qu'elle n'a pas eu le final cut. Il faut reconnaitre, cependant, que le scénario n'est pas des plus originaux, peut-être à cause du montage, justement? J'aurais aimé un film plus long, avec plus d'espace pour la relation entre les deux personnages principaux...

Gros kiff, comme d'habitude, devant le de Wes Anderson, même si ce n'est pas celui de ses films que je préfère. Et félicitations du jury à Brad Bird pour The Incredibles 2, l'exercice était casse-gueule et il s'en tire avec les honneurs.

Mentions spéciales

Merci à UGC, qui ressort régulièrement des classiques. J'ai ainsi pu m'offrir un onzième round de La la land (même pas honte) et découvrir Bullit de Peter Yates sur grand écran, Steve McQueen, raaaaaa...

Merci à MK2 grâce à qui j'ai pu voir sur grand écran mon film préféré de tous les temps: Badlands de Terrence Malick, grosse grosse émotion!

Déceptions

Elles furent nombreuses, donc, et parfois liées à des cinéastes que j'adore, tonton Spielby en tête. Ennui poli devant , envie de mourir, ou tout du moins de quitter la salle, devant . Même mon cinéaste favori, Gus Van Sant, m'a laissée sur le bord de la route avec son Don't worry he won't get far on foot. Ennui devant le d'Asghar Farhadi et le d'Alexander Payne.

Pas emballée non plus par The shape of water de Guillermo de Toro, qui s'y auto-plagie avec mollesse ( et qui plagie un chouia Jean-Pierre Jeunet au passage). Pas convaincue par Under the silver lake de David Robert Mitchell, que je pensais adorer.

Et la palme d'or du nanar

Est attribuée, ex aequo, à de Steven Soderbergh ( oui, ça fait mal rien que de l'écrire) et de Ruben Fleischer. Deux belles purges, en ce qui me concerne!

Voilà, la liste n'est pas exhaustive, j'ai vu PLEIN d'autres films, notamment de très beaux films français donc, mais voici ceux qui m'ont marquée, en bien ou en mal. 🙂

Copyright©Nathalie Lenoir 2018


wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
Menteur, Menteur
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Le cerveau
wallpaper-1019588
Harga Samsung Galaxy J4 Plus | Galaxy J4+ November 2018 Di Indonesia
wallpaper-1019588
Godzilla (1954) de Ishiro Honda
wallpaper-1019588
Premières images officielles pour Underwater de William Eubank