L'Ombre d'Emily (2018) de Paul Feig

Changement de registre pour le réalisateur Paul Feig, spécialiste de la comédie U.S. girly avec "Mes Meilleures Amies" (2011), "Les Flingueuses" (2013), (2015) et le remake aux féminin "S.O.S. Fantômes" (2016) il décide cette fois de virer vers le thriller à la mode Hitchcock avec deux belles actrices dont une que n'aurait sans doute pas laisser de marbre le maitre Es Suspense. On pensera aussi beaucoup (2013) de Brian De Palma. C'est Jessica Sharzer, réalisatrice de "Speak" (2010) et auteur des films "Nerve" (2016) de Ariel Schulman et Henry Joost et "Dirty dancing" (2017) de Wayne Blair qui a été chargée d'adapter le roman "Disparue" (2017) de Darcey Bell. Autant dire qu'entre Feig et elle ce thriller prend une bonne dose de girly attitude ! On suit donc Stephanie, jeune mère au foyer "vlogueuse" et sans amie qui fait la connaissance de Emily working girl dont elle devient très proche. Quand Emily disparait mystérieusement Stephanie décide de mener son enquête... Le casting est mené par ces deux femmes, incarnées respectivement par Anna Kendrick star de "Pitch Perfect 3" (2017) de Trish Sie et Blake Lively de retour après "Instinct de Survie" (2016) de Jaume Collet-Serra.

L'Ombre d'Emily (2018) de Paul Feig

La scénariste avoue : "On a vu beaucoup de ces histoires où on découvre tout à coup que le narrateur n'était pas fiable. Mais ce qui m'a plu dans le roman de Darcey, c'est qu'elle aborde ça différemment. Il reste profondément pince-sans-rire d'un bout à l'autre, et c'est surtout ça que je voulais montrer. Je tenais à ce que le film respecte les codes du genre, avec tout un tas de retournements de situation, mais qu'on le fasse de façon très consciente."... Effectivement, la première chose qui peut déconcerter est cette volonté de signer un thriller hitchcockien tout en mêlant un style comédie dramatique à la façon de la série TV "Desperate Housewives". On est donc d'un côté dans une comédie avec au centre l'amitié entre deux femmes que tout oppose puis, de l'autre dans un thriller angoissant. Un mix humour-thriller qui ne fonctionne pas toujours et crée un décalage pas toujours maitrisé. Tout repose sur le fait que le film se focalise sur le point de vue de Stephanie, maman vlogueuse dont on se moque mais qui reste une battante qui fait tout pour garder le moral (le livre lui alterne les points de vue). Outre ce mix humour-thriller on décèle plus incohérences et/ou invraisemblances dont un passé un peu tirer par les cheveux, trop en tous cas pour convaincre. Le scénario ouvre de nombreuses portes pour ne pas toujours les refermer, d'où certaines frustrations.

L'Ombre d'Emily (2018) de Paul Feig

Et pourtant le film est semé de références dont il aurait bien fait de suivre comme "Les Diaboliques" (1954) de Henri-Georges Clouzot ; film français s'il en est qui fait écho à la B.O. très française de Gainsbourg à Bardot en passant par Dutronc... Sur le fond l'intrigue reste prenante, avec moult rebondissements et deux belles actrices en forme. Sur la forme Feig fait illusion en usant et abusant du face caméra (excuse trouvée puisque Stephanie est vlogueuse), système d'autant plus lourd qu'il y a aussi des flash-backs. On est un peu trop dans le girly acidulé par moment ce qui rend le côté paranoïa et suspense un peu bancal. On sort du film mi-figue mi-raisin. De bonnes idées, du talent mais le film reste inabouti comme si le cinéaste n'avait pas réussi à faire le film qu'il voulait. Intéressant néanmoins, un film qu'il faudra sans doute revoir...

Note :

L'Ombre d'Emily (2018) Paul FeigL'Ombre d'Emily (2018) Paul Feig

wallpaper-1019588
Soleil Battant
wallpaper-1019588
Culte du dimanche : Iron Man
wallpaper-1019588
Masterclass Aaron Sorkin
wallpaper-1019588
Solo – A Star Wars story, critique
wallpaper-1019588
Deadpool 2
wallpaper-1019588
Outlander saison 4 : Nouvelles images !
wallpaper-1019588
Demián Bichir au casting Godzilla vs Kong signé Adam Wingard ?
wallpaper-1019588
Affiche IMAX pour Bohemian Rhapsody de Bryan Singer