[CRITIQUE] : L'Amour Flou

[CRITIQUE] : L'Amour Flou
Réalisateur : Romane Bohringer et Philippe Rebbot
Acteurs : Romane Bohringer, Philippe Rebbot, Rose Rebbot-Bohringer, Raoul Rebbot-Bohringer,...
Distributeur : Rezo Films
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h37min.

Synopsis :

Romane et Philippe se séparent. Après 10 ans de vie commune,deux enfants et un chien,ils ne s’aiment plus. Enfin… ils ne sont plus amoureux. Mais ils s’aiment,quand même. Beaucoup.Trop pour se séparer vraiment? Bref…C’est flou. Alors,sous le regard circonspect de leur entourage,ils accouchent ensemble d’un «sépartement »:deux appartements séparés,communiquant par…la chambre de leurs enfants! Peut on se séparer ensemble? Peut-on refaire sa vie,sans la défaire?


Critique :

Vraie comédie attachante et optimiste parce qu'infiniment vraie, #LAmourFlou est une expérience à part, merveilleusement bordélique, riche en humour et en émotion, qui dépoussière l'image de la famille traditionnelle tout autant qu'elle prône joliment le " vivre ensemble " pic.twitter.com/VFs4sHSd8K— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) 10 octobre 2018

" Les histoires d'amour finissent mal, en général " comme disait la chanson, ce qui est étonnement le cas depuis quelques temps sur grand écran, comme ont pu le prouver certaines péloches récentes plus réalistes et crues (Jusqu'à la Garde, Nos Batailles, La La Land,...), contredisant pleinement la candeur d'une vérité fébrile installée par les romcoms en tous genre au fil du temps.

En revanche, les idylles naissantes dans la réalité trouvant une conclusion à l'écran (le cas inverse est beaucoup plus commun), c'est un cas plutôt inédit qui vaut instinctivement le coup d'oeil pour un cinéphile un minimum fleur bleue - ou pas.
Joyeuse comédie sur une rupture bien réelle, L'Amour Flou de la définitivement trop rare Romane Bohringer et Philippe Rebbot, est un véritable témoignage intime de deux personnes voulant partager avec le grand public, une séparation pour en atténuer la douleur, non sans une certaine fantaisie et un humour au poil.
[CRITIQUE] : L'Amour Flou

Le genre de petit OFNI poétique que l'on ne voit décemment pas venir, mais qui incarne clairement, un beau et réaliste film sur l'amour avec un grand A, qu'il soit vibrant ou qu'il est appelé à mourir lentement, sans savoir réellement ni pourquoi ni comment il s'en est allé.

Mise en images sans fards et sans impudeur de leur quotidien (d'où la présence de visages connus de leur entourage, comme le papa de Romane, Richard, ou encore le comédien Reda Kateb), L'Amour Flou est une autofiction à la lisière du film documentaire (sans pour autant jouer la carte du voyeurisme façon Confessions Intimes), sur la manière joyeuse d'aborder une rupture, avec les enfants - et un chien - au milieu, sur la manière de toujours s'aimer sans être amoureux l'un de l'autre, sur la manière de ne pas abimer une famille qu'ils aiment plus que tout.
Hanté par des vraies questions de société (alors que plus d'un mariage sur deux se termine réellement en divorce aujourd'hui), l'ancien couple mais vrai duo nous place en témoin privilégié de leur vie et expose sa vision d'une famille 2.0, atypique mais prônant joliment le " vivre ensemble " comme rarement un film a pu le faire ses dernières années.
[CRITIQUE] : L'Amour Flou

Vraie comédie attachante, humaine et optimiste parce qu'infiniment vraie, thérapeutique autant pour ses auteurs que pour son auditoire, L'Amour Flou est une expérience à part, merveilleusement bordélique, riche en humour et en émotion, qui dépoussière l'image de la famille traditionnelle autant qu'il est un incroyable et beau bol d'air frais.

La belle surprise du moment est bien là.


Jonathan Chevrier


[CRITIQUE] : L'Amour Flou

wallpaper-1019588
ROULEZ JEUNESSE (Critique)
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : 3 jours à Quiberon
wallpaper-1019588
Masterclass Aaron Sorkin
wallpaper-1019588
L'Homme du Peuple
wallpaper-1019588
LE RETOUR DE MARY POPPINS (Critique)
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche US pour Bumblebee de Travis Knight
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour Captive State de Rupert Wyatt
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Rémi sans Famille