Plotto : méthode de suggestions d’intrigue

Dans cet article qui étudie les situations conflictuelles 1173 à 1187 et pour donner un tour encore plus pratique à ce que vous pourriez tirer de sa lecture, je lancerai certaines de mes interprétations des suggestions de William Wallace Cook sous deux points de vue : le fantastique et le thriller.

Le fantastique est considéré comme l’impensable s’insinuant dans notre quotidien sans y être invité et le thriller offre un regard bien sombre sur notre monde tout en réservant au lecteur de forts moments de suspense (comme cerise sur le gâteau après la gravité des dénonciations).
D’ailleurs, vous constaterez que souvent une suggestion s’imprégnera des deux genres mélangés d’autant plus que le fantastique excelle dans l’art de révéler les choses que l’on a bien du mal à dire autrement.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Hypocrisie et Mensonge

Proposition B
49, Assumer une fausse identité [avec la personnalité qui va avec] en s’engageant dans une certaine activité.

Situation : 1173
Préquelles possibles : (2b, c, d, e, g ou h) – Chronologiquement [1187 puis 2f]

  • A rencontre B. Rien de plus normal sauf que l’un et l’autre sont des imposteurs.
  • * A et B sont des imposteurs. Mais ni l’un, ni l’autre, ne comprennent qu’il ou elle n’est pas ce qu’il ou elle paraît **

Séquelles possibles : Chronologiquement [773 puis (772 si l’on change A par B et A-4 par A)] – (806 si l’on change B-4 par B) – 1462

Note : Ce qui est questionné ici est la problématique entre la réalité et les apparences. Objectivement, peut-on vraiment connaître qui est l’autre ? J’utiliserai alors un cadre pour situer mes personnages. A serait un fanatique religieux et B serait d’une incrédulité radicale. Les deux sont des extrémistes dans leur façon de voir le monde. Mais ils ne sont pas libres de mettre en avant leurs natures profondes au risque d’être jugés pour leurs actes et convictions.

Ils se cachent donc derrière une apparence qui les protège. Comment faire entrer le fantastique dans une telle intrigue ? B approchera A sous couvert d’une identité qui attirera l’attention de A soit parce qu’elle viendra s’opposer à lui, soit parce qu’il se reconnaîtra en elle.
Le fanatisme de A qui se croit investi d’une mission divine l’a conduit à commettre des meurtres. Ceci est le point de vue de B mais pour A, il n’a fait que détruire des démons ayant forme humaine.

Si je cherche à introduire le fantastique dans ce qui est déjà un thriller, je m’arrangerai alors pour insinuer le doute dans l’esprit du lecteur quant à savoir si la main de A est seulement guidée par la folie ou bien si la volonté de Dieu (la Main de Dieu) se manifeste ainsi dans la violence de A.
Dans un autre ordre d’idées, je pourrais partir d’un fait banal. Par exemple, B pourrait s’être inventée une multitude de personnages aux personnalités totalement différentes sur les réseaux sociaux.

B est ravie de la variété des contacts que lui procurent toutes ses impostures. Mais son erreur sera qu’elle se laissera subjuguée par l’un d’entre eux. A se présentera à elle revêtant lui aussi une identité trompeuse. Á partir de cette prémisse, je pense qu’il serait assez simple soit de basculer dans l’horreur, soit dans le thriller en permettant à B de prendre conscience que A est un serial killer.

Dans la seconde possibilité, on peut jouer sur l’ironie dramatique lorsque le lecteur sait qui sont vraiment A et B mais l’un et l’autre l’ignorent ou bien conserver le secret ou l’énigme jusqu’au moment du climax où la révélation sera un rebondissement (la difficulté réside dans le fait de ne pas rendre prévisible ce coup de théâtre).

Situation : 1174
Préquelles possibles : (1165 si l’on change A par A-8, A-5 par A et que l’on ajoute A-2) – (1311 si l’on ajoute A-2)

  • Le filet de la justice se resserre sur A et A-2
  • * A et A-2 parviennent à échapper à leurs poursuivants (A6, A6 et A6) lorsque A se déguise en femme formant ainsi avec A-2 un gentil couple **

Séquelles possibles : 603c ou d – (1015 si l’on change A par A-8 et A-5 par A) – 1282

Note : Le réalisme fantastique pourrait me servir de fondement à l’exploitation de cette suggestion. A et A-2 feraient des investigations de phénomènes paranormaux, par exemple, et s’approchant de trop près de certains mystères, le surnaturel (plus apte à la fiction que le surréel) serait alors ce filet étrangleur enserrant nos deux personnages dans une impasse qui les absorberait à tout jamais.
Nous pourrions aussi nous inspirer du Chat à neuf queues de Dario Argento et Luigi Collo dans lequel l’enquête porte sur les expérimentations de l’industrie pharmaceutique.

Comme vous le constatez, l’horreur et le thriller font bon ménage.
Pour rester dans le contexte du sous-groupe et de la proposition B, A et A-2 assumeraient de fausses identités pour se faciliter l’accès à certaines informations.
Sinon, je peux m’inspirer de couples célèbres tels que Bonnie et Clyde ou Butch Cassidy et le Sundance Kid pour la relation qui existe entre les deux amis ou amants et leur position sociale.

La seconde alternative met en avant le déguisement comme solution au problème immédiat des deux compères. Ce qui est intéressant avec le simulacre, c’est que paradoxalement, il permet de faire ressortir sa véritable personnalité (d’après Roger Caillois).
Je peux donc l’utiliser à la fois pour travailler davantage en profondeur le personnage et détourner l’attention au niveau de l’action.

Situation : 1175a
Préquelles possibles : 59 – 1146

A cache son passé de criminel sous les apparences d’un honnête citoyen au service des autres

Séquelles possibles : 69 – 90a – 333 – 338 – 763

Note : L’approche fantastique ferait de A le mal incarné. Le travail consisterait alors à laisser le lecteur dans le doute entre un personnage doté de pouvoirs maléfiques extraordinaires et l’affirmation que le mal est en chacun de nous, certains le réprimant par leur seule volonté et d’autres en se conformant à l’ordre social.
Quant au thriller, il s’agira d’introduire dans l’équation un personnage cherchant à révéler la vérité sur A. Dans ce cas, A devrait être un personnage bien plus influent que celui proposé par la suggestion. Et au niveau de l’intrigue, les fausses-pistes, le suspense seraient orchestrés par A. Notez aussi que William Wallace Cook utilise souvent la déconstruction d’une imposture comme moteur de son intrigue.

Situation : 1175b
Préquelles possibles : 1021b – 1168

A et A-2 sont amis. Mais l’un d’entre eux est un criminel. Mais lequel ?

Séquelles possibles : (1015 si l’on change A par A-8 et A-5 par A) – (1282 si l’on change A par A-5)

Note : Nous avons deux personnages que tout oppose. Et pourtant, ils sont amis. Nous avons une relation assez proche entre le Lieutenant Vincent Hanna et Neil McCauley dans Heat de Michael Mann.
La suggestion de Cook est plus confuse et privilégie le Whodunit (une convention du thriller qui laisse dans l’ombre le nom du coupable jusqu’au climax).

Situation : 1176
Préquelles possibles : 610 – 654

  • A est piégé par trois hommes A6, A6 et A6
  • * A, piégé par trois hommes A6, A6 et A6 parvient à se fondre dans la foule en prétendant lui-même être un A-6 **

Séquelles possibles : 963 – 1142b – 1209a

Note : Les trois hommes de la première possibilité sont des représentants d’une autorité (ou d’une force) quelconque. Lorsque A est acculé, on pense que tout est perdu pour lui. La tension est élevée et le suspense fonctionne.
Mais A trouvera une solution comme par exemple une plaque d’égout branlante que A parvient à soulever et par laquelle il s’échappera.

Que l’on soit dans le fantastique ou dans le thriller, ce type d’événement est surtout un procédé narratif pour obtenir un effet précis sur le lecteur/spectateur. Il n’ajoute rien à la signification. La seconde alternative est dans la même veine.

Situation : 1177
Préquelles possibles : (263 si l’on change A par A-8 et A-3 par A) – 438 – 658

  • A a détourné des fonds
  • * A cache ses méfaits sous l’apparence d’un être rigoureux défenseur de la loi **

Séquelles possibles : 1038 – 1044a – 1124

Note : Le monde ordinaire de A qui occupe l’acte Un nous montre un personnage tout ce qu’il y a de plus ordinaire. C’est-à-dire quelqu’un qu’on n’imagine pas une seconde capable d’un acte de malversation. Il pourrait nous être présenté comme un être effacé ou bien au contraire très à l’aise avec l’image que lui renvoie son miroir. Quelque soit la personnalité retenue, on peut aussi introduire des difficultés dans son couple : sa compagne ou son compagnon lui reprochant une certaine indolence, un certain contentement de soi ou même une paresse intellectuelle avec un personnage en pleine dépression.

Maintenant, je pose le postulat que tout est appelé à se transformer. Et notre personnage n’y échappera pas. Quel que soit ce devenir, le détournement de fonds sera le moyen pour le personnage de l’atteindre. La condition de sa métamorphose étant réalisée, le personnage se transformera progressivement (c’est une sorte de parcours initiatique) en l’être de sa véritable nature. Et ce n’est pas sa destinée qu’il accomplit car il a le choix de se détourner de la voie qui s’ouvre ainsi devant lui.
Et la proposition B est toujours valide en assumant que cette fausse identité est ce dont il est recouvert lorsque nous faisons sa connaissance.

L’arc dramatique de ce personnage consistera alors à se débarrasser de ses oripeaux habituels (une sorte de masque qui lui permettrait de se voiler un passé douloureux) et d’accepter peut-être la véritable raison de sa présence en ce monde.
Quant à la seconde alternative, elle consistera à dépouiller ce personnage de l’image d’ardent défenseur de l’ordre établi dont il se sert pour détruire de l’intérieur les fondements même du système.

Si l’on opte pour le thriller, nous pouvons justifier les raisons de A expliquant qu’il cherche à construire un monde meilleur sur les ruines de l’ancien monde dont la dégradation est irréversible et si l’on choisit le fantastique comme cadre narratif, ce personnage serait peut-être l’antichrist.

Dans un cas comme dans l’autre, si A va jusqu’au bout de son intention, nous ne rencontrerons que le chaos.

Situation : 1178
Préquelles possibles : (568c si l’on change A-3 par A-8) – (1291b si l’on change A-2 par A-8) – (1309b si l’on change B par A et A-3 par A-8)

  • A, très respecté au sein de sa communauté, a commis un meurtre
  • * La conduite exemplaire de A permet de lever toute suspicion à son égard pour un acte répréhensible qu’il aurait commis **

Séquelles possibles : 1291a – 1302

Note : Pour la première alternative, il suffit de se remémorer quelques uns des nombreux épisodes de Columbo pour lui trouver un emploi dans une histoire. Il arrive très souvent qu’une position sociale (ou certaines fonctions accordées) ajoute des privilèges qui, pour certains individus, les autoriseraient impunément à des exactions.

Prôner une égalité radicale entre les hommes est une jolie idée. Mais c’est tout ce qu’elle est. S’il n’y avait pas le législateur pour garantir cette égalité au moins devant la justice, nous serions encore dans une époque barbare.

Á ce propos, on peut garder à l’esprit que dans son aveuglement à défendre l’ordre établi, la justice peut être amenée à minimiser la responsabilité de certains actes perpétrés par des institutions (concrètement par des représentants de celles-ci).
C’est aussi une voie à explorer pour donner plus de profondeur à son message.

Pour la seconde alternative, l’idée de William Wallace Cook est que la conduite exemplaire du personnage n’est pas sincère. C’est un masque social qu’il porte pour se donner une décence. Mais le cœur du personnage est sombre et maléfique.

Situation : 1179
Préquelles possibles : 866 – 1189 – (1316 si l’on change A-3 par A-5)

  • A est un représentant de l’ordre qui cache un lourd secret
    [C’est une situation assez ironique. Nous sommes proches d’ailleurs de la seconde possibilité de la situation précédente. Le lien entre le mal et le pouvoir (puissance, influence) n’est plus à démontrer.
    A est un antagoniste naturel mais fonder le cœur de son histoire par le principe de répondre à la violence par la violence, cela peut fonctionner avec l’inspecteur Harry qui est celui par qui le lecteur/spectateur peut se purger en assistant à des choses qu’ils ne voudraient surtout pas voir dans la vie réelle.
    On peut être plus subtil. A pourrait être ce personnage principal qui cherche la rédemption pour une faute commise et dont la responsabilité lui pèse]
  • * Bien des années plus tard, A retrouve A-5 sur les lieux de leurs méfaits communs
    [imaginez que A soit devenu prêtre et comme développement possible, A-5 pourrait faire chanter A. Par contre, on est obligé de reprendre le concept de fausse identité de la proposition B soit en s’y conformant totalement et A n’aurait pris le froc que pour se donner une couverture, soit A est sincère et pourrait avoir changé de point de vue dans le cours du processus.
    Par exemple, A tombe amoureux d’une personne qu’il devait espionner. Mais celle-ci est mandatée par A-5 pour faire chuter A]

Séquelles possibles : 923 – (1209c si l’on change A-2 par A-5) – (1309b si l’on change B par A et A-3 par A-5)

Situation : 1180
Préquelles possibles : 1146 – 1181

  • Afin d’obtenir les informations qu’il lui manque, A se fait passer pour A-4
    [Ce que ignore A, c’est que A-4 est impliqué dans quelque chose auquel il doit rendre des comptes. Et bien sûr, c’est à A qu’on va demander de répondre des actes de A-4. Pour distinguer le genre entre fantastique et thriller, la nature de l’entité qui va fondre sur A fera la différence : dans un cas, nous pourrions avoir affaire à un culte satanique par exemple et dans l’autre à un lobby que A-4 gênait et A se retrouve plongé dans un complot]
  • * Se faisant passer pour ce qu’il n’est pas, A devient le chouchou de ces dames
    [Il m’est difficile de sortir cette suggestion de la comédie pour le thriller. Par contre, elle se prête assez bien à une comédie horrifique]**

Séquelles possibles : 338 – (717 si l’on change A-6 par A-4) – 1163c – (1173 si l’on change A par A-4) – 1271

Situation : 1181
Préquelles possibles : 126 – 1146

A prépare un acte transgressif en se faisant passer pour un honnête homme

Séquelles possibles : 1145 – 1180

Note : William Wallace Cook décline l’imposture sous toutes les formes qu’elle pourrait prendre. L’idée est que le personnage devra assumer les responsabilités de la personnalité qu’il emprunte. En devenant cet autre, A pénètre un univers qui lui est totalement inconnu et dont il devra apprendre les codes pour survivre. L’intention de A n’est pas de rapporter comment fonctionne un certain monde. Son but est bien plus égoïste. Il lui manque quelque chose que seul l’emprunt provisoire de l’identité d’un autre peut lui apporter.

Les difficultés surgissent lorsque cet autre doit rendre des comptes dans le monde d’où il vient. A devra donc répondre des actes d’un autre et ses justifications ne pèseront pas lourd devant la confusion. Parallèlement, si une entité découvre que A n’est pas ce qu’il paraît être, elle peut très bien tirer avantage de cela et entraîner A dans l’abîme (donc le sacrifier au profit d’intérêts personnels).

Notez aussi que les valeurs Honnêteté/Mensonge, Authenticité/Inauthenticité sont souvent des thèmes explorés par William Wallace Cook.

Situation : 1182
Préquelles possibles : 608 – 611a – 623

  • Sans qu’il l’ait voulu, A est séparé de ses parents F-A et M-A
  • * A a passé son enfance dans des familles d’accueil. Devenu adulte, il se met en tête de retrouver ses parents biologiques M-A et F-A. Des retrouvailles ont lieu mais ce sont des inconnus autant A envers ses véritables parents que pour eux face à ce fils qui est un parfait étranger. A parviendra t-il à reprendre sa place de fils ? **

Séquelles possibles : (830 si l’on change A-2 par F-A) – 1199

Note : La séparation est d’abord une rupture. Sur le plan fantastique, il se produit une déchirure dans le quotidien du personnage. La réalité quotidienne de A est de vivre avec ses parents. A ne veut pas être séparé de ses parents mais les circonstances en décideront autrement (à l’image du petit poucet par exemple dans le merveilleux).

Le fantastique à la différence du merveilleux ne donne pas immédiatement les raisons de la rupture. Et par ailleurs, le lecteur éprouve aussi un doute sur les perceptions du personnage le confinant presque naturellement à la folie.

M-A et F-A nous sont présentés comme les parents de A mais n’est-ce pas A qui a projeté sur deux inconnus, deux étrangers l’image de parents qu’il n’a pas connus ? Ou bien A pourrait se réveiller d’un coma et ne pas reconnaître ceux qui l’entourent et qui prétendent être sa famille.
La seconde alternative est foncièrement dramatique. Dans un thriller, elle peut faire l’objet d’une intrigue secondaire pour approfondir le personnage.

Situation : 1183
Préquelles possibles : 695a – Chronologiquement [695b puis 1160]

  • Parce qu’il préfère vivre à sa manière, A s’est exclu de lui-même de la communauté. Mais son choix de vie n’a pas manqué de lever contre lui des suspicions. Alors A décide de changer son image
  • * Après la mort de son ami A-2, A décide de prendre son identité **
  • ** La sœur SR de A-2 ne sait pas que son frère est mort et continue à entretenir avec lui une correspondance sans se douter que c’est A qui lui répond ***

Séquelles possibles : Chronologiquement [31 puis 1461a] – Chronologiquement [1461a puis 1461c]

Note : Et c’est à tort que A tentera de se conformer. Il a recherché la solitude comme sa solution personnelle à son bonheur. Pourquoi l’exclusion devrait-elle soudain lui peser ? Est-il entré quelqu’un dans sa vie ? Et pour cette personne, est-il prêt à se sacrifier ?

Et si cette retraite avait été forcée pour se mettre à l’abri de son passé ? Un passé qui resurgirait soudain en pénétrant par la porte de l’opinion publique ? Imaginons que des hommes questionnent les gens de la petite communauté à son sujet. Aussitôt la suspicion prendra le relais.
Et cela remontera jusqu’à lui par les quelques relations qu’il maintient encore.

Est-on vraiment obligé de s’offrir une image de complaisance pour seulement se donner un confort d’apparat ? Il faut du courage pour parcourir le labyrinthe qui mène à sa véritable nature et encore plus, si toutefois nous acceptons ce que nous découvrons, pour la manifester sans honte et sans orgueil.

La seconde alternative rentre d’elle-même dans le thriller. On peut imaginer que A poursuivi prend l’identité de son ami disparu pour disparaître à son tour.
William Wallace Cook joue souvent avec la gémellité, le double, le doppelgänger. Selon lui, cela revient à se dissoudre. Emprunter un nom qui n’est pas le sien, c’est sombrer dans l’anonymat, le néant, se fondre dans la foule et perdre son individualité.

Je préfère imaginer que A est obligé d’agir ainsi. Mais ce ne sera que temporaire, le temps de l’intrigue pour lui permettre d’écarter la menace.

Situation : 1184
Préquelles possibles : 420 – 1072 – 1073

  • A est prêt à risquer gros [sa réputation, sa position sociale… la déchéance, la ruine, l’exclusion…] pour mener à bien un projet qui lui tient à cœur
  • * Pour mener à bien un certain projet, A est obligé de cacher sa véritable identité **

Séquelles possibles : 917 – 1181

Note : On peut se demander quel rapport la première alternative de cette suggestion a avec le sous-groupe et la proposition B. A mon sens, la réponse devrait être trouvée dans le projet ambitionné.
Dans un thriller, A pourrait être un lanceur d’alerte dont la couverture (ce qui correspond à la proposition B) bien mince ne lui évitera pas le coup de grisou prévisible. Il faudra donc un rebondissement pour surprendre le lecteur sur cette prédictibilité.

Comme à l’habitude chez Cook, on peut aussi admettre que le risquer gros de la suggestion est précisément un jeu d’apparences dont A a besoin pour se justifier socialement mais qui, en son for intérieur, le rend singulièrement inconfortable.

La seconde alternative nous mène droit au thriller avec le motif de l’infiltration dans un milieu comme le ver dans la pomme (sauf que le ver ne devient pas la pomme, seul l’effet du ver sur la pomme est à considérer ici).
Si l’on souhaite aborder le fantastique (ce que les anglo-saxons regroupent sous le vocable horror mais je le comprends comme une approche plus large que l’horreur et préfère voir le fantastique comme un genre qui n’inclut ni le merveilleux, ni la science-fiction qui possèdent leurs propres codes), il faut s’interroger sur la peur qui motive le besoin de se masquer. Il y a bien sûr la persona, le masque social en réponse à notre peur irraisonnée de l’autre, de la différence, de perdre son emploi, du rejet, de la solitude… enfin toutes ces choses qui aboutiraient à une exclusion par le jugement d’autrui.

Seulement, le fantastique a besoin de créer du doute chez le lecteur/spectateur. En cachant sa véritable identité, le personnage cherche à se protéger de ce qu’il voit. Par exemple, l’apparition de sa femme morte est-elle une hallucination causée par la douleur de la perte ou bien devons-nous croire à l’existence de ce spectre ? L’incertitude et en fin de compte la libre interprétation du lecteur nous laisse le choix entre la folie du personnage ou l’existence d’une entité surnaturelle.

Situation : 1185
Préquelles possibles : 249 – 1177 – 1178

A cache ses actes transgressifs sous une apparence d’honnête citoyen
[Cette suggestion implique le présent. Pour commettre ses méfaits actuels, A arbore une apparence qui le place indéniablement au-dessus de tout soupçon. Ce qui différencie cette suggestion des autres qui aborde la même thématique, c’est que par ailleurs, A cherche à protéger un secret de son passé. C’est un mystère que les autres devront découvrir ou que le personnage devra finalement assumer.

Dans la suggestion 1185, A sait parfaitement que ses agissements actuels sont tendancieux ou criminels et il les cache pour pouvoir les accomplir]

Séquelles possibles : 98 – 438 – 1148a

Situation : 1186
Préquelles possibles : 249 – 1184

  • Parce que A considère sa vie comme un immense gaspillage, il va prendre comme modèle des personnages célèbres (réels ou fictifs)
    [Et A deviendra serial killer ou vampire selon l’idéal qu’il recopiera]
  • * A vit une double vie **
    [Et ce seront deux vies autonomes. A pourrait avoir recopié exactement une vie mais en modifiant son entourage et les relations particulières (par exemple, un même appartement mais une famille différente).
    Dans cette suggestion, William Wallace Cook parle de deux vies distinctes. C’est le syndrome de Hyde et de Jekill. A est à la recherche de son identité mais il est aussi possible qu’aucune de ces deux personnalités ne satisfassent A] **

Séquelles possibles : 152a – 818a

Situation : 1187
Préquelles possibles : 513 – 768

Pour A, l’habit fait le moine
[Arrête-moi si tu peux de Jeff Nathanson est un bon exemple]

Séquelles possibles : 2a – 617 – 1173

Nous continuerons l’étude de cette proposition B dans le prochain article avec les situations 1188 à 1208.


PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

wallpaper-1019588
Solo – A Star Wars story, critique
wallpaper-1019588
David Fincher, du pire au meilleur
wallpaper-1019588
La Belle et la Bête
wallpaper-1019588
LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE : Rencontre avec Dominique Rocher
wallpaper-1019588
Le Crépuscule des Aigles (1966) de John Guillermin
wallpaper-1019588
Godzilla II - Roi des Monstres : nouveau trailer et poster !
wallpaper-1019588
Sonic : le film ! Premier poster !
wallpaper-1019588
Vers un remake US de Woman At War signé Jodie Foster ?