L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)

L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)

SYNOPSIS: Audrey et Morgan, deux trentenaires vivant à Los Angeles, se retrouvent embarquées malgré elles dans une conspiration internationale lorsque l'ex-petit ami d'Audrey débarque à son appartement poursuivie par une équipe d'assassins. Les deux jeunes femmes sont contraintes d'échapper à leurs poursuivants à travers toute l'Europe, tout en tentant de sauver le monde avec l'aide d'un agent au charme " so british ".

Audrey, une jolie californienne qui n'a jamais rien accompli de significatif dans la vie, vient de se faire jeter comme une malpropre par son jules (un rien barbant dans les faits)... et par texto. À l'aube de son trentième anniversaire, en plus. On comprend que la pilule ait du mal à passer. Heureusement que Morgan, sa meilleure amie excentrique, est là pour lui éviter de sombrer dans la déprime. Mais voilà que l'ex indélicat refait surface, une horde de mercenaires aux miches : monsieur est en réalité un agent de la CIA. Et il a de sérieux ennuis. Voilà que les deux copines se retrouvent embarquées bien malgré elle dans une fuite échevelée à travers l'Europe, chargées de mettre à l'abri une mystérieuse clé USB. Bon, c'est du vu et revu en termes d'espionnage basique. Et pas spécialement inventif dans le traitement. Avec L'espion qui m'a larguée (réalisé par Susanna Fogel), on a vite la sensation d'être à un croisement entre Max la menace pour le côté bras cassé, et le très réussi Spy de Paul Feig pour le côté girl power. Mais le tout, quoique pas spécialement inefficace, reste assez indigent. Là où Spy envoyait du lourd avec un bel imbroglio scénaristique et une figure de proue ultra charismatique ( Melissa McCarthy) entourée de sidekicks et antagonistes bien barrés, on a un peu l'impression d'avoir affaire à son cousin pauvre.

L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)

En fait, le film vaut surtout pour le tandem formé par Mila Kunis et Kate McKinnon. Véritable buddy movie un peu à la manière, moins absurdement burlesque et infiniment moins référencé, d'un film de Shane Black, c'est vraiment l'aspect BFF en vadrouille qui donne tout son relief à cette comédie d'action calibrée pour l'été. Et comme tout pop-corn movie estival prétendant au titre, celui-ci ne déroge pas à la règle tacite selon laquelle les gags les plus lourds sont apparemment les meilleurs ( Ólafur Darri Ólafsson mais pourquoi ? Pourquoiiiiiiii ?). On n'échappera donc pas aux rituelles blagues pipi-caca ni au recours puéril aux attributs des deux sexes pour déclencher l'hilarité un peu grasse de fin de barbecue arrosé à la bière chaude... Et, bizarrement, l'apparition de Kev Adams en chauffeur Uber est loin d'être le moment le plus WTF du film... c'est dire !

L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)

On ne coupera pas non plus aux stéréotypes du personnage frappé de diarrhée verbale et so over-the-top ( McKinnon), de la vraie fausse ingénue à qui on ne la fait pas ( Kunis), du boy scout blond trop beau pour être méchant ( Sam Heughan) vs l'espion brun trop badass mais pas tant que ça finalement ( Justin Theroux). Seul antagoniste un peu digne d'intérêt : la très dérangée Nadedja ( Ivanna Sakhno). Un seul mystère plane véritablement sur ce film : que diable est venue s'enliser ici Gillian Anderson ? Pour le reste, c'est une succession de péripéties desquelles on se désintéresse régulièrement, faute de vrais enjeux. L'argument qu'empêcher cette fameuse clé USB de tomber entre de mauvaises mains épargnera quantités de vies n'apparaît plus, hélas, suffisant pour électriser le spectateur. Trop abstrait. Bref : y'a de l'action, ça pète de partout, ça canarde à tout-va, les filles sont attachantes et parfois marrantes, et on a un peu l'impression que ces nanas en train de hurler dans une voiture folle là, ça pourrait être nous... sauf que ça ne fait pas rêver. Divertissant bien que prévisible et (beaucoup) trop bavard, le film remplit son office d'entertainer estival, à défaut de marquer durablement les esprits.

L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)

Titre Original: THE SPY WHO DUMPED ME

Réalisé par: Susanna Fogel

Genre: Comédie, Espionnage, Action

Sortie le: 08 août 2018

L’ESPION QUI M’A LARGUEE (Critique)PAS GÉNIAL


wallpaper-1019588
Annihilation, critique
wallpaper-1019588
Critiques en séries : de la Casa de Papel à 13 Reasons Why
wallpaper-1019588
La Forme de l’eau de Guillermo Del Toro
wallpaper-1019588
Martin Scorsese, du pire au meilleur (3/3)
wallpaper-1019588
Pupille (2018) de Jeanne Herry
wallpaper-1019588
RETOUR VERS LE FUTUR (Critique)
wallpaper-1019588
Doctor Strange 2 : Scott Derrickson confirmé à la réalisation
wallpaper-1019588
Le Journal d'une femme de chambre