[FUCKING SERIES] : Cobra Kai saison 1 : Le dojo rouvre ses portes

[FUCKING SERIES] : Cobra Kai saison 1 : Le dojo rouvre ses portes
(Critique - avec spoilers - de la première saison)

 
The Karate Kid est une trilogie culte des années 80, bien que ce soit surtout le premier film sorti en 1984 qui reste mémorable. Après un quatrième long-métrage intitulé The Next Karate Kid sorti en 1994 où Daniel LaRusso, le personnage principal des trois films n'apparaît pas et un reboot du premier film sorti en 2010, une suite sous format de série télévisée intitulée Cobra Kai est disponible depuis le 2 mai 2018 sur le service de streaming YouTube Premium (anciennement YouTube Red).
[FUCKING SERIES] : Cobra Kai saison 1 : Le dojo rouvre ses portes

Cobra Kai se passe 34 ans après les événements du premier film. Alors que la trilogie avait pour personnage principal Daniel LaRusso (Ralph Macchio), la série se concentre davantage sur l'antagoniste du premier film, Johnny Lawrence (William Zabka). On retrouve donc Daniel LaRusso, quinquagénaire, patron de sa propre concession automobile, il a une femme et deux enfants et vie dans les beaux quartiers. A contrario, on retrouve un Johnny Lawrence qui vit dans un taudis, qui se fait virer de son travail dès le premier épisode et qui a perdu de vue son propre fils. Un soir, alors que Johnny est en train de se saouler, il vient en aide au jeune Miguel, un petit nouveau du quartier qui se fait brutaliser par des jeunes de son lycée. Miguel est admiratif et veut que Johnny lui apprenne le karaté. Johnny y voit alors une occasion de redonner un sens à sa vie et ouvre son propre dojo pour y enseigner le karaté mais c’est sans compter Daniel qui voit d’un très mauvais œil l'enseignement de Johnny qui fut le même que John Kreese, l'ancien sensei de Johnny, enseignait. C'est ainsi que les vieilles animosités de l'époque refont surface.

Au départ, je ne savais pas trop quoi penser de cette suite car, généralement, je suis loin d’être fan des suites qui se passe 30 ans après. Au fond, je ne sais pas si on a vraiment envie de voir nos héros, qui avaient 16-17 ans dans les films d’origine, trente ans après, en quinquagénaire, je trouve que ça peut briser le charme d’origine. J’avais peur que cette suite sous forme de série télévisée soit gênante et trahisse le film d'origine mais c'est tout le contraire. J’ai grandement apprécié que Cobra Kai reste dans la même ligné que les films, avec des scènes qui font hommage aux films mais également la présence de petits extraits du premier film qui rendent le tout extrêmement nostalgique.
[FUCKING SERIES] : Cobra Kai saison 1 : Le dojo rouvre ses portes
Alors que le premier film définissait un portrait très cliché de Johnny - le bad guy qui prend plaisir à brutaliser le petit nouveau - la série nous montre une autre facette du personnage avec un Johnny torturé à qui la gloire d’antan est depuis bien longtemps envolé. Une scène un peu culottée dans la série m'a assez surprise, on y voit Johnny raconter à Miguel les événements du premier film en y faisant de Daniel l’antagoniste (un peu comme la théorie émise par un youtubeur - mais aussi par Barney dans How I Met Your Mother - comme quoi le vrai héros de The Karate Kid était Johnny Lawrence et que Daniel est la brute de l'histoire). Je dirais que dans Cobra Kai, Johnny est l’incarnation du anti-héros: il reste le petit con du premier film avec une attitude de brute mais il suscite une certaine forme d’empathie notamment quand on en découvre un peu plus sur son enfance.
Quand à Daniel, c’était assez étrange de voir ce personnage adulte, j’avais peur que le personnage soit vraiment différent du film du fait qu’il soit ici un homme adulte et père de famille. Pourtant, j’ai retrouvé le Daniel des films un peu tête brûlée et qui tient énormément aux gens qu’il aime. Malgré l’absence du personnage de Mr. Miyagi, son interprète Pat Morita étant décédé en 2003, il n’a pas été oublié et de nombreuses références à ce personnage sont présentes dans la série – le troisième épisode est même dédié à l’acteur.
[FUCKING SERIES] : Cobra Kai saison 1 : Le dojo rouvre ses portes
La série a toujours ce côté teen-movie avec la présence de la fille de Daniel, Samantha et les élèves de Johnny, dont Miguel, ainsi que le fils de Johnny, Robby mais je serais honnête en disant que ce ne sont pas ces personnages-là qui font la force de cette série mais ils sont tout de même prometteurs. Tous les élèves de Johnny sont des adolescents victimes d'harcèlement et de cyber-harcèlement et qui, comme Daniel à l'époque, ont choisi d'apprendre le karaté comme moyen de défense, sauf que Johnny n'est pas Mr. Miyagi. L’évolution de certains personnages adolescents est donc assez dérangeante bien que nécessaire, vous comprendrez mon point de vue en regardant la série.
La fin est très plaisante et fait évidemment penser à la fin du premier film sans pour autant que ça soit un copier-coller. Cette fin laissait présager une deuxième saison et en effet, il a été annoncé que la série avait été renouvelée pour une seconde saison prévue courant 2019. Je pense que la série peut autant plaire à ceux qui ont adoré le premier film tout comme à ceux qui ne l’ont jamais regardé. Il est certain que vous apprécierez davantage la série dans toute sa profondeur si vous l’avez vu mais le plaisir n’est pas gaché si ce n’est pas le cas. Au final, Cobra Kai m'a agréablement surprise et s'est révélée être une bonne série, très divertissante et il me tarde de voir ce que donnera la deuxième saison.
Jules
[FUCKING SERIES] : Cobra Kai saison 1 : Le dojo rouvre ses portes

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Larguées
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Mon Mon Mon Monsters (Étrange Festival 2017)
wallpaper-1019588
Culte du dimanche : Iron Man
wallpaper-1019588
La Belle et la Bête
wallpaper-1019588
Dune : Timothée Chalamet en vedette du film de Denis Villeneuve ?
wallpaper-1019588
Premières affiches US et VF pour Aquaman de James Wan
wallpaper-1019588
Le voleur de bicyclette
wallpaper-1019588
La Fiancée de Frankenstein (1935) de James Whale