[CRITIQUE] : How To Talk To Girls At Parties

[CRITIQUE] : How To Talk To Girls At Parties
Réalisateur : John Cameron Mitchell
Acteurs : Elle Fanning, Alex Sharp, Nicole Kidman, Ruth Wilson,...
Distributeur : ARP Sélection
Budget : -
Genre : Comédie, Science-Fiction, Fantastique.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h42min.

Synopsis :

1977 : trois jeunes anglais croisent dans une soirée des créatures aussi sublimes qu’étranges.
En pleine émergence punk, ils découvriront l’amour, cette planète inconnue et tenteront
de résoudre ce mystère : comment parler aux filles en soirée…


Critique :

Autant récit initiatique et ode à la liberté et à l'anticonformisme que vrai trip loufoque à l'inventivité exceptionnelle, drôle, profondément impertinent et énergique, #HowToTalkToGirlsAtParties est un petit OFNI inclassable, merveilleusement bordélique, excessif et enchanteur pic.twitter.com/ZotP9vuZC9— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) 20 juin 2018


Cinéaste au cinéma profondément singulier, véritable amoureux de la culture punk s'étant sensiblement assagi avec son dernier long-métrage en date, le douloureux Rabbit Hole (déjà avec Nicole Kidman), John Cameron Mitchell a volontairement pris son temps pour revenir dans nos salles obscures, mais le bonhomme y a mis les formes, avec un retour aux sources improbable et férocement jubilatoire.

Avec How To Talk To Girls at Parties (passé par la Croisette... l'an dernier), Mitchell renoue avec la folie de ses débuts pour adapter le pitch WTF-esque de la nouvelle d'un auteur lui aussi gentiment barré, Neil Gaman (Sandman, American Gods), dans laquelle trois lascars cherchent, dans le Londres de 1977, une after (mais surtout des filles) et se retrouvent in fine dans une fête avec un paquet de créatures venues d'ailleurs sexys et fan de latex.

[CRITIQUE] : How To Talk To Girls At PartiesGros trip cinéphilique façon teen movie SF shooté au cultissime The Rocky Horror Pictures Show, le quatrième long-métrage de Mitchell a beau être plus sage et moins politiquement incorrect/tordu que Hedwig and The Angry Inch et Shortbus, il n'en est pas moins une petite bulle de légèreté et de lyrisme savoureusement kitsch, aussi bien ancré dans son époque (contestataire, l'aspect anarchique du rock et du mouvement punk, étant à son zénith) qu'elle fait continuellement la part belle à l'humour et à la romance au sein d'une bizarrerie pop et nostalgique délirante, porté par un cpuple vedette Elle Fanning/Alex Sharp joliment empathique.

Autant récit initiatique et ode à la liberté et à l'anticonformisme que vrai trip loufoque à l'inventivité exceptionnelle, drôle (certaines privates jokes sont awesome), profondément impertinent et énergique (B.O d'enfer en prime), How To Talk To Girls at Parties est un petit OFNI inclassable, merveilleusement bordélique, excessif et enchanteur.
Bref, le petit film insolite que notre été avait besoin, entre deux blockbusters ricains rutilants et pas toujours bandants...


Jonathan Chevrier


[CRITIQUE] : How To Talk To Girls At Parties

wallpaper-1019588
Les Croix de Bois (1932) de Raymond Bernard
wallpaper-1019588
LES PLUS BELLES ANNÉES D’UNE VIE (Concours) 5 places de cinéma à gagner
wallpaper-1019588
Réflexion #13 – Doit-on nécessairement aimer un chef d’oeuvre ?
wallpaper-1019588
Shazam !
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Wonderland, le royaume sans pluie
wallpaper-1019588
[COOKIETIME A ANNECY] : Jour 4
wallpaper-1019588
Un Beau Voyou (2018) de Lucas Bernard.
wallpaper-1019588
[AVIS] Matthias et Maxime, en terrain connu…