[CRITIQUE] : Un Couteau dans le Coeur

[CRITIQUE] : Un Couteau dans le Coeur
Réalisateur : Yann Gonzalez
Acteurs : Vanessa Paradis, Nicolas Maury, Kate Moran,...
Distributeur : Memento Films Distribution
Budget : -
Genre : Thriller.
Nationalité : Français.
Durée : 1h42min.

Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2018

Synopsis :
Paris, été 1979. Anne est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs, sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie.

Critique :
À la croisée des genres, pillant bon nombre d'inspirations italiennes sans n'aller plus loin que la simple citation, #UnCouteaudansleCoeur se rêve comme un film sulfureux et marquant, il n'est au final qu'une oeuvre banale et furieusement bancale. Grosse déception. (@oggy_atm) pic.twitter.com/LaMBRV81us— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) 20 juin 2018

Un Couteau dans le Coeur fait dans l’exagération permanente, essaye de citer le giallo, veut toucher le baroque. On finit par sentir que certains éléments de l’intrigue ont été pensés uniquement pour citer Refn, De Palma ou Argento (ou pire, pour pouvoir justifier l’utilisation de néons)… Pour un résultat qu’on ne peut que qualifier de vulgaire. 

Ce " tout visuel " est gratuit, exagéré.
Le scénario, supposément sulfureux mais anecdotique, ne rattrape pas le niveau : il oppose un tueur maniaque à un groupe de personnages qui font semblant d’être concernés tout en traitant de loin les problèmes de coeurs du personnage de Vanessa Paradis. Résultat des courses : aucune de ces deux histoires parallèles n’est traitée de façon précise et elles ne forment pas un ensemble cohérent. 

[CRITIQUE] : Un Couteau dans le Coeur
Le petit groupe de jeunes acteurs français est sympathique - bel effort, les garçons - mais Vanessa Paradis joue mal, incapable d’exprimer de la tension sans la surjouer ; ce qui est assez dommageable pour la crédibilité d’un thriller. Son personnage est de toute façon assez unilatéral, entièrement fondé sur le fait qu’elle est toujours amoureuse de son ex-petite amie.
On y retrouve également Noé Hernández, acteur mexicain déjà vu dans le quasi-snuff movie We are the Flesh (Emiliano Rocha Minter, 2016) film qui en comparaison, était vraiment sulfureux et à côté duquel Un Couteau dans le Coeur fait figure de version light et ultra censurée...

En définitive, on en vient surtout à se demander ce que fait cette compilation de mauvais goût cinématographique en Sélection Officielle à Cannes... 
Augustin Pietron 
[CRITIQUE] : Un Couteau dans le Coeur

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Nicky Larson Private Eyes
wallpaper-1019588
Paradox (2017) de Wilson Yip
wallpaper-1019588
Mississippi Burning
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Adopt a Highway de Logan Marshall-Green
wallpaper-1019588
Affiches personnages pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Irishman
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Laundromat : L’Affaire des Panama Papers