Critique: Deadpool

Critique: Deadpool

L’insolent mercenaire de Marvel remet le masque !
Plus grand, plus-mieux, et occasionnellement les fesses à l’air, il devra affronter un Super-Soldat dressé pour tuer, repenser l’amitié, la famille, et ce que signifie l’héroïsme – tout en bottant cinquante nuances de culs, car comme chacun sait, pour faire le Bien, il faut parfois se salir les doigts.

2 ans après le film test, Deadpool fait son retour! J’ai dit « film test » car c’était bien ce qu’était ce premier film: petit budget (60 millions de dollars) alloué au film ainsi qu’une classification rated-r (interdit au moins de 12 ans). Avec un Ryan Reynolds motivé depuis 11 ans pour faire ce film + Tim Miller à la réalisation, Deadpool à su séduire les foules et fut un succès au box-office. Devant un tel phénomène, il n’en fallait pas plus pour aiguiser l’appétit de la Fox et donner le feu vert pour une suite. Le mercenaire revient il au top de sa forme?

Critique: Deadpool

Deadpool à toujours autant la langue bien pendue. Pour cette suite, le budget a été revu à la hausse. Ce Deadpool 2, qui ne bénéficie plus de l’effet de surprise, se veut plus grand, plus ambitieux, plus irrévérencieux. Le film s’en donne les moyens mais il y a un hic.
Dans les comics aventures de Deadpool, on tombe parfois sur des histoires où le personnage est chiant, agaçant et surtout pas drôle. C’est exactement le ressenti que j’ai eu durant toute la première partie de cette suite.
La simplicité du scénario du premier film a souvent été pointé du doigt mais au moins, ça avait le mérite de nous donner un rythme parfaitement fluide. Pour cette suite, le scénario a été un peu plus travaillé mais mal ficelé.
Deadpool 2 s’encombre d’une première partie lourde et pénible à suivre. Les références, qui étaient savamment dosées dans le premier opus, ont l’air cette fois ci de jaillir à chaque dialogue (ce qui les rend par moment, incompréhensible). L’une des particularités de Deadpool, c’est de briser le 4eme mur. Là aussi, dans le premier film cette particularité avait été utilisée avec parcimonie mais malheureusement ce n’est plus le cas pour cette suite.
Le problème, c’est la sensation de « déjà vu »: certaines blagues et/ou situations ont l’air d’être un recyclage du premier film. Du coup, les effets seront minimes… Est-ce que tout est à jeter dans ce film? Heureusement: non.

Critique: Deadpool

Deadpool 2 gagne en regain d’interêt en seconde partie de film. Le fun se marie à merveille aux scènes d’action. La présence de Cable et Domino y pour beaucoup.
Josh Brolin, après avoir incarné à merveille Thanos dans Infinity War, nous offre un Cable plutôt correct. Grognon à souhait, on regrettera néanmoins que l’intrique qui gravite autour de ce personnage soit basique. De plus, les connaisseurs constateront que ses pouvoirs ont été considérablement bridés.
Zazie Beetz, quand à elle, nous interprète Neena Thurman aka Domino. Plutôt discrète, j’ai trouvé néanmoins que Zazie Beetz à fait taire toutes les mauvaises langues tant elle est classe en Domino. Son pouvoir (elle parvient à faire tourner la chance en sa faveur) a été magnifiquement retranscrit sur grand écran.
Ces deux personnages mériteraient un peu plus de développement dans un éventuel film X-Force.

Critique: Deadpool

Ryan Reynolds a t-il encore quelque chose à prouver en Deadpool? Non. L’acteur, qui s’est battu des années pour que Wade Wilson bénéficie de son propre film nous montre encore une fois qu’il maitrise toute les facettes de ce personnage unique dans le paysage des comic movies.

Deadpool 2 apporte son lot de surprises et de nouveaux personnages. Malheureusement, à cause d’une première partie laborieuse, cette suite tarde à devenir intéressante. Deadpool 2, malgré de bonnes scènes d’action et une scène post générique hilarante, s’avère moins réussi que le premier film… Ma note: 5/10.


Deadpool 2 est réalisé par David Leitch avec Ryan Reynolds, Josh Brolin, Zazie Beetz, Morena Baccarin et Brianna Hildebrand. sorti le 16 mai 2018. durée: 2h

Publicités

wallpaper-1019588
Robert Pattinson au casting de The Lighthouse signé Robert Eggers ?
wallpaper-1019588
L'Homme du Peuple
wallpaper-1019588
Billy Wilder, « meilleur scénariste de tous les temps »?
wallpaper-1019588
Une (belle) page se tourne
wallpaper-1019588
Rébellion
wallpaper-1019588
Capharnaüm
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cold War
wallpaper-1019588
Robert Patrick au casting de The Laundromat signé Steven Soderbergh