La meilleure façon de marcher

La meilleure façon de marcherMarchons droit... Vive le conformisme
Au sein d’une colo dans les 60’s, deux moniteurs vont jouer la partition harceleur/harcelé sur fond d’homophobie. Sujet brûlant, courageux pour l’époque, et casse gueule ; mais Claude Miller pour son premier film s’en sort vraiment pas mal. Il dira par la suite que le sujet du film n’est pas l’homophobie ordinaire mais plutôt un thème Bergmanien : l’homme et sa tendance à l’humiliation (d’où les images de « Les fraises sauvages » en début de film). Et c’est clair que cette dernière est omniprésente dans le film voire oppressante. Le passage par l’humiliation doit permettre aux individus de se construire et de gagner en maturité. L’épilogue, quelques années plus tard, sous forme de happy end, nous montre l’oppressé (Bouchitey) plus abouti et épanoui queson oppresseur. La force n’est donc pas là où on l’attend ; et ici pas dans cette virilité exacerbée jouée par un Deweare magistral comme à son habitude, mais plutôt du côté de l’être doux et réfléchi. Cette fin nous laisse par contre sur notre faim, car elle parait un peu lâche ou alors si réelle avec une homosexualité refoulée au profit de la norme hétérosexuelle. Après dans le traitement des personnages, le manque de finesse est difficile à supporter : les beaufs et les intellos, les sensibles et les brutes épaisses, et certaines scènes médiocres (la crise d’hystérie de Blanc, la première scène avec Marc et Philippe autour de la bouteille de rouge,…),… Bien heureusement que Miller s’appuie sur un casting exceptionnel : Deweare cannibalisant la caméra comme personne (Depardieu mis à part) ; Bouchitey dans un rôle tout en émotion ; Christine Pascal lumineuse à souhait donnant lieu à des scènes hyper touchantes avec Bouchitey ; Michel Blanc en jeune premier dont on devine les emplois futurs ; Claude Pieplu trop rare au cinéma et dans ce film livrant des scènes d’un comique feutré élégant. Un film témoin de son époque avec son courage en bandoulière mais son manichéisme sous-jacent.

Sorti en 1976
Ma note: 13/20

wallpaper-1019588
Solo – A Star Wars story, critique
wallpaper-1019588
Culte du dimanche : Iron Man
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF et VOST pour Creed 2 de Steven Caple Jr
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : 3 jours à Quiberon
wallpaper-1019588
Box-Office US du week-end du 19/10/2018 : Michael Myers impose son règne pour son retour !
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Daredevil saison 3 : Un retour aux sources pour mieux rebondir ?
wallpaper-1019588
[Y-A-QUOI A LA TELE CETTE SEMAINE ?] : #19. Semaine du 21 au 27 octobre
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche US pour Robin des Bois de Otto Bathurst