Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Les bilans se poursuivent et c'est à Antoine Dubuis d'établir son bilan de l'année où James Gray trône au dessus de tous en 2017.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Mon film de l'année : Sans hésiter, The Lost City of Z de James Gray parce qu'il arrive à offrir à chaque fois des oeuvres touchantes qui vacillent entre espoir et désillusion. De plus, même si la critique le glorifie j'ai l'impression que le public ne le connaît que très peu ou n'est pas aussi enthousiaste de savoir qu'un de ses films est au cinéma. Je considère James Gray comme un réalisateur majeur de notre génération et The Lost City of Z prouve encore une fois son talent. Toutes les facettes de l'être humain se dévoile devant nos yeux, c'est à la fois beau et terrifiant et juste pour ça, c'est le film de l'année.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Ma scène de l'année : Pour ma part, Coffee run scene de Baby Driver d'Edgar Wright. Ce n'est pas réellement la scène de l'année mais elle m'a subjuguée par la minutie de chaque mouvement et le timing est parfaitement synchrome avec la musique pour au final donner une scène jouissive.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

La performance de l'année : La performance de Robert Pattinson dans Good Time mérite d'être souligné, on le prend au sérieux et on a raison d'y croire, car depuis 2012 et le fameux Cosmopolis de Cronenberg, on se rend compte que Robert a déjà une belle filmographie devant lui et j'espère que ça va continuer dans le bon sens.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Le film Détroit de Kathryn Bigelow car losqu'on sort de la salle, on ne peut s'empêcher de dire : Monde de merde.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Le film le plus sur-estimé de l'année : Grave de Julia Ducournau est pour moi une oeuvre manquée un potentiel gâché, car trop avide d'apporter une cohérence et une réponse à l'univers que forge la réalisatrice. Prenant le spectateur pour un être qui ne demande uniquement que compréhension de la part du film afin de sortir de la séance en ayant tout saisi. La première partie est pourtant excellente, car elle intrigue, questionne et déonce, mais plus le film avance et plus il explique jusqu'à un twist final qui ne méritait pas d'être présent et qui par cela même rend l'oeuvre risible. Décevant, mais pourtant acclamé...

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Le film le plus sous-estimé de l'année : D'après moi le film le plus sous-estimé de l'année est Logan Lucky de Soderbergh, je suis consterné de voir que le film de Soderbergh fonctionne si peu au box-office. Un réalisateur si talenteux et un film qui mérite le visionnage, car exécuté d'une main de maître par un réalisateur trop mis à l'écart.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

La surprise de l'année : Je pense que Free Fire de Ben Wheatley est la suprise de l'année. Peu importe de dire si le film est bon ou mauvais, l'essentiel c'est que le concept fonctionne et qu'il est rassurant d'avoir du changement dans l'univers cinématographique. Free Fire n'est pas une surprise phénoménale mais peut inspire tant il est un exercice de style. Une vague d'humour et de violence jusqu'au boutisme.

Le bilan cinéma 2017 d’Antoine Dubuis.

Un temps fort audiovisuel (cinéma, séries, confondu) : La série The Deuce, création de David Simon après l'immense The Wire, David Simonde offre à HBO unenouvelle série de gangster cette fois-ci sur l'univers de la pornographie et de la prostition. Il y a James Franco en double (Vincent et son frère jumeau Frankie), il y a également Maggie Gyllenhaal et pourtant, il ne vole pas la série par leurs présences, car tout les personnages de A à Z sont captivants. Une série qui base son histoire dans les années 70 et pourtant elle fait écho à notre actualité et à des thèmes universels.

Les films que j'attends le plus pour 2018 : Irishman de Martin Scorsese, le casting est juste monstrueux et c'est Scorsese quoi ! The Predator de Shane Black parce qu je me demande ce que le réalisateur va faire de la créature culte. Phantom Thread de Paul Thomas Anderson, après le délire incompréhensible d' Inherent Vice, le meilleur ennemi de James ray reviendra-t-il avec un chef d'oeuvre ?

Vous pouvez retrouver les bilans de :


wallpaper-1019588
Astérix et Obélix : l'Empire du Milieu (2023) de Guillaume Canet
wallpaper-1019588
Mayday (2023) de Jean-François Richet
wallpaper-1019588
DCU : James Mangold à la réalisation du film Swamp Thing ?
wallpaper-1019588
[GERARDMER 2023] : Bilan de la 30ème édition