Kubo et l’armure magique.

Depuis sa sortie le 21 Septembre dernier, Kubo et l'armure magique ravit les critiques et les spectateurs. Le film d'animation s'est hissé à la 4ème place du box-office français avec 142 109 entrées pour sa première semaine d'exploitation. La presse est unanime et reconnaît les grandes qualités du dernier-né en stop-motion des studios Laika. Souvenez-vous, ils nous avaient déjà gratifié des très savoureuxet prolonge le succès et nous inflige au passage une bonne grosse claque esthétique. Kubo c'est le nom d'un petit garçon qui arpente les rues d'un village côtier du Japon pour raconter d'incroyables fables. Pour ce faire, il peut compter sur son fantastique chamisen et ses origamis magiques. Avant que la nuit ne tombe, Kubo s'assure de retrouver sa mère qui l'attend dans la grotte où elle vit en ermite. Mais voilà qu'un soir Kubo reste en ville après le coucher du soleil et attire sur lui une terrible malédiction familiale. L'enfant part à la recherche d'une panoplie magique qui seule pourra briser le sortilège, réunir sa famille et apporter la paix sur le village. Dans cette quête périlleuse, Kubo pourra compter sur l'aide d'un singe et d'un samouraï envoûté. Voilà le très dense programme du premier film de Travis Knight, producteur sur les projets précédents et superviseur de l'animation sur ParaNorman. Cette aventure saura ravir les plus jeunes comme les plus grands. Sur le fond, Kubo et l'armure magique emprunte la voie du récit initiatique, s'attardant sur le pouvoir de l'héritage, l'importance de la famille ou encore l'émancipation. Sur la forme, c'est un somptueux film en stop-motion cultivant avec délice les références à la culture japonaise inspirées par son intrigue. Le jeune Kubo est amené à traverser de terribles épreuves pour lesquelles il lui faudra surmonter ses peurs et braver l'inconnu tout en levant le voile sur le secret qui entoure sa famille. Les petits se plairont à soutenir le jeune héros dans ses défis impressionnants. Ils ne manqueront pas non plus de s'identifier à ce presque orphelin, en recherche d'identité et d'appartenance.

Kubo et l’armure magique.

Kubo et l'armure magique sait trouver les mots et les images pour livrer aux plus jeunes un récit complexe et mûr qui n'hésite pas à aborder des sujets délicats comme celui de la mort. En situant son histoire dans un japon médiéval peuplé de samouraïs, de créatures magiques et d'esprits, Travis Knight tisse une fable d'envergure épique et balaie les clichés du genre. Vous ne rencontrerez pas cette fois de dragon mais plutôt un samouraï loufoque et un singe qui parle. Les personnages sont irrésistiblement attachants et leur interprétation sans failles (du moins en VO). Travis Knight a choisi de s'entourer d'acteurs confirmés au doublage, on retrouve donc Charlize Theron, Ralph Fiennes, Matthew McConaughey , Rooney Mara ou encore George Takei. Quant au jeune Kubo, il est interprété par Art Parkinson qui, du haut de ses 14 ans, cumule déjà les rôles dans Game of Thrones, ou encore Dracula Untold . Son interprétation sensible et malicieuse vient habiter le personnage tout entier. Venons-en à l'atout majeur du film : la réalisation et l'esthétique. La spécialité de Lakai c'est la stop-motion. Mais une stop-motion de luxe. Et pour le moment, Kubo et l'armure magique s'affiche comme leur projet le plus ambitieux. Très honnêtement, le résultat est à la hauteur des ambitions du studio et du réalisateur. Les mélanges de matières, de textures et de techniques sont surprenants et concourent tous à créer un univers cohérent et fantastique. L'équipe artistique a également eu le bon goût de s'inspirer d'œuvres d'art nippones que l'on croirait voir s'animer à l'écran. On retrouve notamment ce personnage de squelette géant (qui fut un chantier pharaonique sur le plan purement technique) qui peuple le triptyque de Takiyasha peint par Utagawa Kuniyoshi. La Grande vague de Kanagawa, célébrissime estampe de Hokusai et référence visuelle incontournable, est également présente. Enfin, les objets de la culture nippone sont aussi de la partie comme le prouve la présence de l'origami et du shamisen, cet instrument à trois cordes. Leur présence ne fait pas simplement figure d'illustration visuelle pour un monde culturellement référencé puisqu'elle est aussi fondamentalement intégrée au cœur de l'intrigue. Bref, aucune raison d'hésiter : Kubo et l'armure magique est une fable qui ne recherche pas la facilité, un ravissement pour les yeux et le cerveau. Un moment délectable.


wallpaper-1019588
DCU : James Mangold à la réalisation du film Swamp Thing ?
wallpaper-1019588
[GERARDMER 2023] : Bilan de la 30ème édition
wallpaper-1019588
Minamata
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Un Petit Frère