Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"

. Après des études à l'université de Harvard, elle s'installe à Los Angeles afin d'écrire pour le cinéma et la télévision. Elle commence sa carrière avec la série comique, The Larry Sanders Show, diffusée sur HBO, qu'elle produit et scénarise. On lui doit par la suite le script du dessin animé Monsters Vs Aliens et Seeing Other People, écrits avec son mari

Maya Forbes signe également des chansons avec sa soeur, China Forbes, la chanteuse du groupe Pink Martini.

Daddy Cool est son premier long-métrage en tant que cinéaste. Elle vit actuellement à Santa Monica.

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"Mark Ruffalo, Imogene Wolodarsky et Ashley Aufderheide

Diagnostiqué en 1967, Cameron alterne périodes d'exaltation et phases d'abattement. Enchanté, il apprend à ses filles qu'il a perdu son emploi et les emmène fêter cette bonne nouvelle loin de l'école.

Suit une hospitalisation pour dépression.

Pour sa femme et ses filles, à la difficulté de le voir changer si radicalement d'humeur, s'ajoutent bientôt les problèmes matériels. Maggie qui ne parvient pas à trouver un emploi décent prend une décision radicale : reprendre ses études à New York pendant un an et demi afin de décrocher le diplôme qui lui permettra de faire vivre sa famille.

Le psychiatre de Cameron estime que la routine et les responsabilités peuvent favoriser un état plus stable. Revient donc à ce père pas comme les autres la charge de ses deux filles, au quotidien, pendant dix-huit mois...

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"

J'ai un tropisme pour les films qui décrivent les familles et dont on perçoit que le point de départ est personnel.
Daddy Cool est une histoire qui me tient tellement à coeur ! J'ai commencé à l'écrire il y a sept ans. Je suis partie effectivement d'une expérience douloureuse et intime, que j'ai vécue lorsque j'avais six ans. À cet âge, comme dans le film, mon monde a explosé. J'ai d'abord vu mon père dans un état d'exaltation incompréhensible à mes yeux de petite fille, qui l'a conduit à démissionner de son travail et à être hospitalisé pour grave dépression. C'est compliqué pour les enfants de voir un parent, qu'ils aiment plus que tout et qui est leur modèle, agir en dépit du bon sens.

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"Nous avons dû quitter la campagne pour déménager ma mère, ma soeur et moi, dans un minuscule appartement à Cambridge. Mon père ne gagnait plus d'argent, et ma mère ne réussissait pas à trouver un emploi décent.

La famille richissime de mon père avait trop honte de la maladie de leur fils pour nous aider.

Une déchéance ? Pas vraiment. Car l'énergie de ma mère a bouleversé la donne. Elle a décidé, exactement comme celle du film, de reprendre des études. Et elle a choisi pour s'occuper de nous une solution originale et audacieuse. Le psychiatre avait indiqué qu'une prise de responsabilité contribuerait à soigner mon père. C'est donc lui, qui nous a élevées, cette année-là. Bizarrement, j'ai un excellent souvenir, sans doute reconstruit, de cette époque. Il y avait aussi quelque chose de joyeux, dans la fantaisie de mon père et son désir de bien faire. Et c'était à contre-courant. Même dans les années soixante-dix, décennie glorieuse du féminisme, les pères qui laissaient tomber leur travail pour rester à la maison étaient rares. On les préférait machine à cash ! J'ai beaucoup d'admiration pour le courage dont ont fait preuve mes parents.


Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"L'amour est sans doute ce qui nous a sauvées.

La plupart des films qui traitent de la maladie mentale ont une teinte tragique. Et quand ils sont comiques, c'est parce qu'ils prennent le parti de se moquer du "fou".

Mon ambition était toute autre.

Faire preuve d'une empathie totale pour chacun des personnages, tout en essayant de faire une comédie trépidante.

Car nous, les gamines, nous n'étions pas des anges. Nous avons donné du fil à retordre à notre père.

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"

Mark Ruffalo et Zoe Saldana avaient tous les deux un point de vue très personnel sur leur personnage, qui ne correspondait pas forcément au mien, et j'ai intégré leur compréhension des rôles dans la mise en scène.

Je voulais qu'ils se sentent complètement à l'aise, pour qu'ils
puissent être le plus naturel possible.

Quant aux petites filles, je les ai choisies très ressemblantes à ce qu'on était ma soeur et moi. Tendres et pas commodes.

L'une d'elles est ma propre fille.


Je ne sais pas du tout quel est le dogme officiel en la matière. Mais tout simplement, il est très difficile de partager la vie de quelqu'un qui souffre de cette maladie, car on peut toujours imaginer que c'est la vie de famille qui l'a fait exploser ! Maggie espère que Cam va se ressaisir, mais elle se méfie. Il est très douloureux pour elle de renoncer à sa vie de couple. Zoe Saldana a fait un travail fantastique pour montrer les sentiments contradictoires de son personnage, qui effectivement n'a pas pris de décision.

Avant tout, j'ai vécu avec des gens que j'aimais et qui m'aimaient !

Je suis très reconnaissante envers mes parents. Ils nous ont initiées à la littérature, à la musique, au cinéma, à tous les arts. Ma soeur et moi sommes devenues artistes - elle est la chanteuse du groupe Pink Martini. Je ne crois pas qu'ils ne soient pour rien dans nos choix.

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"

La réalisatrice Maya Forbes réalise ce premier long-métrage en s'appuyant sur des souvenirs personnels. La Bipolarité.

Ce sujet délicat et douloureux, est abordé d'une façon à la fois simple, délicate et toute en retenue. La première grande réussite, éviter tout pathos. "C'est compliqué pour les enfants de voir un parent, qu'ils aiment plus que tout et qui est leur modèle, agir en dépit du bon sens." A déclaré la réalisatrice.

Au rythme des quatre saisons, le scénario nous entraîne dans la vie de ce père aimant, touché par une hyperactivité maladive, confronté à une succession de malentendus avec ses deux filles. Sa femme également qui se trouvera obligée de faire un choix difficile.

Les situations, souvent touchantes, voire poignantes, alternent avec des moments de comédie pure.

Le casting est parfaitement convaincant. Mark Ruffalo en tête.

Un beau moment de cinéma. D'espoir aussi.

Daddy Cool "Infinitely Polar Bear"

Vous vous sentez extrêmement bien ? Vous vous réveillez à quatre heures du matin, plein d'entrain, et rien ni personne ne peut vous empêcher de dire vos quatre vérités à vos collègues et patron et vous éviter de claironner votre démission ? Vous faites des courses pour tout l'immeuble, tirez mille euros que vous donnez directement au SDF avec qui vous avez sympathisé, alors même que vous êtes désormais au chômage ?

Les crétins... Mais deux mois plus tard, ayant plaqué boulot et conjoint, et lassé tous vos amis, vous êtes non seulement dans une situation objectivement tragique, mais de plus, vous ressentez une honte insoutenable, et l'impossibilité de faire le moindre geste tant l'angoisse vous étreint. Vous restez allongé sur le matelas d'une chambre qu'une âme charitable consent, dans le meilleur des cas, à vous prêter. Vous ne pouvez plus penser, vous ne pouvez plus lire, vous ne pouvez plus vous occuper de vos enfants si vous en avez. Descendre un escalier vous prend la journée car chaque marche est un calvaire. Et de plus, ensuite, il va falloir le remonter. À quoi bon ? Bref, vous êtes aussi désespéré que vous avez été joyeux et entreprenant. Une hospitalisation est souvent le seul recours pour éviter le suicide.

Parfois la personne bipolaire est moins excessive dans ses actions, et son entourage ou les médecins n'ont pas perçu que l'extrême bonne humeur et dynamisme allaient muter en leur inverse. Comme dans un dessin animé, la personne bipolaire continue de courir dans le vide après avoir quitté la falaise, avant de chuter pour de bon. De fait, nous traversons tous des moments d'euphorie et de tristesse, parfois dans une même journée ou même heure, sans nous mettre en danger. On est tous plus ou moins légèrement bipolaire et heureusement, car sinon, on ignorerait l'espoir, les projets, les résolutions, les déceptions, le soupçon de mégalomanie qui permet d'être content de soi.

Pour l'instant, les laboratoires pharmaceutiques qui ne cessent d'accroître le spectre de la bipolarité, en créant de toutes pièces par exemple le symptôme chez les enfants, ne nous invitent pas encore à prendre des médicaments qui nous ramènent à la lucidité et à notre condition de mortel, dès lors qu'on se lève le matin, heureux. On suppose aujourd'hui que deux pour cent de la population est atteint de la maladie. Selon l'endroit où l'on place le curseur qui sépare le normal du pathologique.


wallpaper-1019588
Melissa Barrera en vedette de God's Country signé Egor Abramenko ?
wallpaper-1019588
Maika Monroe en vedette du thriller Longlegs signé Osgood Perkins ?
wallpaper-1019588
Andy Samberg en vedette de 42.6 Years signé Craig Gillepsie ?
wallpaper-1019588
[SƎANCES FANTASTIQUES] : #81. Scream 3