Foxcatcher – Critique

Foxcatcher – Critique

Foxcatcher est un film américain réalisé par Bennett Miller et qui sortira en France le 21 janvier 2015. Il a reçu le prix de la mise en scène au dernier festival de Cannes. Habitant sur Paris depuis peu, j'ai eu la chance d'assister à une avant-première du film présentée par son réalisateur (qui a du dire 3 mots en tout) et par Thierry Frémaux (délégué général du festival de Cannes, beaucoup plus bavard). Si j'écris cette critique, c'est d'abord parce que le film m'interroge sur certains points, mais également pour donner un avis anticipé à ceux qui hésite à aller le voir quand il sortira. Pour en faire un rapide résumé, on suit ici deux frères lutteurs ayant tous les deux obtenus une médaille olympique. L'un des deux, Mark Schultz, est invité par un homme très riche, John du Pont, à venir s'entraîner dans son équipe pour les prochains JO. Dernier fait important, le film est basé sur une histoire vraie.

Je ne connais pas Bennett Miller, je ne pourrais donc pas comparer avec ses autres films, mais je ne tarderais sûrement pas à les voir vu l'effet que m'a fait celui-ci. Foxcatcher est un film assez long (2h14) et assez lent, mais je ne me suis pas ennuyé une seconde. Le plus fascinant étant pour moi les personnages principaux du film, qui sont Mark, son frère Dave et John du Pont. Le réalisateur arrive à donner une crédibilité et une profondeur très puissante à ces personnages. Cela est d'abord du à leurs incroyables interprètes (Channing Tatum, Steve Carell et Mark Ruffalo, potentiellement oscarisables) et à leur transformation due en grande partie au maquillage, mais aussi aux relations qu'ils entretiennent entre eux et à la façon dont cela les définis. Car les actions de ces personnages et ce qu'ils sont à un moment ou à un autre de l'histoire n'a lieu que par rapport aux autres, on assiste donc ici à l'évolution passionnante d'un trio inter-dépendent qui conduira à une conclusion inévitable. On a d'ailleurs beaucoup parlé du personnage de Steve Carell et de sa performance, mais celui qui est pour moi le plus intéressant est celui de Channing Tatum. Il joue une sorte d'homme-animal ne sachant pas vraiment quoi faire de sa vie, à part lutter. Il est le personnage le plus présent à l'image et celui qui subira le plus d'évolutions au cours du récit. Au-delà de l'intérêt de suivre ces personnage et leur histoire, ils ont aussi une valeur symbolique, principalement John du Pont. On le verra nombre de fois assimilé à un aigle, dans le même plan qu'un drapeau américain ou énonçant des valeurs patriotiques. Je n'en dirais pas plus sur cet aspect, mais son évolution et la façon dont le personnage est traité psychologiquement en disent beaucoup sur les Etats-Unis, du moins une certaine vision de ceux-ci.

Foxcatcher – Critique

Au niveau de la mise en scène, je pense qu'elle peut être définis en un seule mot : efficace. La façon de filmer la lutte, d'abord, est très maîtrisée. Notamment une des première scènes entre les deux frères, ou le combat s'apparente plus à un genre de câlin violent, en disant déjà beaucoup sur leur relation ambiguë. Par la suite, à part quelques exceptions, les scènes ne sont pas filmées comme des scènes d'action, mais plutôt comme des scènes documentaires, très précises. Pour le reste du film, on assiste la plupart du temps à des dialogues en champ/contre-champ et de façon générale à une mise en scène assez calme, se contentant surtout d'essayer de nous faire partager ce que ressentent les personnages (dont une scène très puissante avec un miroir dont je vous laisse la joie de découvrir les détails). On trouvera à quelques moments des bonnes idées de cadrage, montage ou autre, mais tout cela reste quand même très classique.

Et c'est là que je me pose des questions sur le film. Comment un film aussi classique formellement a-t-il pu obtenir le prix de la mise en scène au festival de Cannes et au-delà de ça, est-ce que, même si pour moi le film fût très efficace et puissant, cette manière de mettre en scène n'est-elle pas dépassée et un peu facile? Pour un film comme Drive, par exemple, je comprends totalement le prix. Le film n'a presque pas d'histoire en soi, tout se joue dans les images et dans l'originalité de la mise en scène. Mais pour Foxcatcher, je me pose réellement la question. Est-ce l'utilisation du maquillage pour transformer les acteurs ? Ou bien leur performance suffit-t-elle en elle seule à obtenir ce prix ? Et comme je le disais, au-delà de ça, je me demande si le film était aussi bon que je l'ai ressenti, ou si je me suis seulement fait prendre au piège d'une mise en scène lente aux images tout de même très belles mais sans originalité. En repensant au film, je crois quand même pouvoir dire qu'en oubliant ce point noir, l'histoire et les personnages suffisent à dire que Foxcatcher est un bon film. Je ne peux donc que recommander d'aller le voir au moins pour ces éléments, et puis peut-être que la mise en scène ne vous gênera pas autant que moins, qui ai tendance à trop analyser un film pendant que je le vois.

Foxcatcher – Critique

wallpaper-1019588
David Fincher, du pire au meilleur
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : 3 jours à Quiberon
wallpaper-1019588
Une (belle) page se tourne
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] Jour 9 : Nés à Cannes
wallpaper-1019588
Terminator : Dark Fate : Première bande annonce !
wallpaper-1019588
John Wick Parabellum (2019) de Chad Stahelski
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Terminator : Dark Fate de Tim Miller