LES MINIONS : belle comme la papaya ? ★★★☆☆

de Pierre Coffin et Kyle Balda, avec Pierre Coffin, Marion Cotillard, Guillaume Canet

Sortie le 8 juillet 2015.

     LES MINIONS  débarquent sur les écrans, après Moi, Moche et Méchant 2 ! Enfin « après »…plutôt avant, car les Minions ont toujours été à la recherche du méchant suprême à qui prêter allégeance, bien avant de rencontrer le maléfique Gru ! C’est d’ailleurs l’objet de la première séquence, sûrement la meilleure du film, qui retrace la vie des Minions depuis leur naissance, il y a quelques milliers d’années. Pierre Coffin est toujours à la barre, mais c’est avec Kyle Balda qu’il signe ce spin off.

The Doors, les Rolling Stones ou encore The Box Tops inscrivent le film dans les années 60 pour notre plus grand plaisir musical ! Nous voilà donc rendu en 1968 à Londres pour la convention réunissant les plus grands méchants de la Terre ! L’excellente bande son nous l’assure, ça va être rock avec la grande prêtresse du mal Scarlet Overkill (Marion Cotillard qui se lâche en V.F., Sandra Bullock en V.O.) et ses Minions, recrutés comme hommes de main lors d’une séance de job dating plutôt musclée !

LES MINIONS : belle comme la papaya ? ★★★☆☆

©Universal

La première heure du film voit s’enchaîner de nombreux gags complètement loufoques, souvent gratuits et débiles…et que c’est bon ! Tellement bon ! On retrouve-là l’esprit des petites séquences burlesques consacrées aux Minions dans les deux précédents films de Pierre Coffin et Chris Renaud, entre cartoon et cirque muet. Mais cette fois-ci, les gags portent beaucoup sur la découverte du monde extérieur, avec une excellente séquence se déroulant au cœur même de Buckingham Palace, et dont le montage, particulièrement dynamique, est irrésistible.

Les borborygmes prononcés en mode yaourt par Bob, Stuart et Kevin (doublage par Pierre Coffin), les trois héros minions, adaptés pour la version française, sont efficaces, même si l’on doute que le très jeune public saisisse les multiples références. Mais les enfants riront ! Il y a dans LES MINIONS plusieurs niveaux de compréhension, et la seule musicalité des « dialogues » des Minions rendra hilares les plus petits !

L’arrivée de Scarlet et, en général, l’intrigue qui l’entoure, sont les points les plus faibles du film. Le personnage semble être le prétexte au développement, sur la longueur, des frasques des Minions…mais ralentit finalement considérablement le rythme du film. Car avouons-le, LES MINIONS  aurait pu faire l’objet d’un moyen métrage. Nul besoin de réintroduire à tout prix une super méchante, dont le mari est, au passage, un peu inutile.

Si vous adhérez à l’humour entourant les Minions dans la série des Moi, Moche et Méchant, nul doute que vous rirez, et que les quelques longueurs resteront pour vous des peccadilles. Mais si le potache et le comique visuel façon Tex Avery n’est pas votre fort, difficile alors de vous convaincre d’aller voir LES MINIONS !

La Cinéphile Éclectique (http://carnetscritiques.over-blog.com/


wallpaper-1019588
[Cannes 2019] “Little Joe” de Jessica Hausner
wallpaper-1019588
Bradley Cooper au casting de Nightmare Alley signé Guillermo Del Toro ?
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
Le Testament Caché (2016) de Jim Sheridan
wallpaper-1019588
We Can Be Heroes : Un gros casting pour le prochain film de Robert Rodriguez !
wallpaper-1019588
Gina Rodriguez en vedette du thriller SF Awake de Mark Raso ?
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Motherless Brooklyn de et avec Edward Norton
wallpaper-1019588
Premier trailer pour The Report de Scott Z. Burns