Comme un avion

COMME UN AVION (Critique)COMME UN AVION (Critique)SYNOPSIS: Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l'aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui‐même n'a jamais piloté d'avion... Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d'un avion. C'est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grandes traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l'eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres. Michel part enfin sur une jolie rivière inconnue. Il fait une première escale et découvre une guinguette installée le long de la rive. C'est ainsi qu'il fait la connaissance de la patronne Laetitia, de la jeune serveuse Mila, et de leurs clients ‐ dont la principale occupation est de bricoler sous les arbres et boire de l'absinthe. Michel sympathise avec tout ce petit monde, installe sa tente pour une nuit près de la buvette et, le lendemain, a finalement beaucoup de mal à quitter les lieux...

Tout ce qui fait le cinéma de Bruno Podalydès - la fantaisie, la poésie et un humour décalé - fonctionne avec régularité comme une sorte d'onguent pour le mal être. La légèreté qui accompagne l'œuvre du cinéaste ne doit pas cacher une volonté de tenir de vrais propos et une véritable vision qui en font incontestablement un auteur qui compte. Si son Adieu Berthe nous avait dans ces lieux, laissé quelque peu de glace malgré quelques moments savoureux, ce Comme un avion est un bonheur de film comme on en voit trop peu souvent, un hymne à l'indolence et à prendre son temps pour profiter des détails que la vie vous fait zapper parce que tout va toujours trop vite et qu'on ne s'arrête jamais. Avec Comme un avion, il faut aller au-delà des apparences et de cette impression que le film tiendrait un discours insignifiant. Il n'en est rien, il s'attache plutôt à des évènements du quotidien sur lesquels on ne se penche pas suffisamment. Ce film est une invitation à profiter du temps qui passe, des gens auxquels on s'attache sans trop savoir pourquoi, une bulle d'air dans un cinéma français sclérosé. Sur un point de départ à priori anodin, Bruno Podalydès parvient à tisser un récit attachant, qui se tient de bout en bout et dont les dialogues sont autant de coups d'éclat.

COMME UN AVION (Critique)

D'une simplicité et d'une rigueur admirables, Comme un avion fait aussi la part belle à un casting de premier ordre. Bruno Podalydès tout d'abord qui dans le rôle central prouve qu'il est un comédien remarquable, à même de faire passer la tendresse, le désir, l'émotion, et le rire par la grâce de son côté lunaire et fantasque qui lui sied à merveille. Tout autant devant que derrière la caméra, il fait preuve d'une sobriété, d'une délicatesse et d'une méticulosité qui laissent admiratif. Autour de lui, Agnès Jaoui (qu'on n'avait pas vu aussi bien filmé depuis longtemps), délicieuse en patronne de guinguette qui redécouvre le plaisir, Vimala Pons craquante en serveuse naïve et amoureuse de l'amour ou Sandrine Kiberlain, toujours aussi bien, en épouse compréhensive et lumineuse forment un trio féminin extrêmement homogène. Côté messieurs, Michel Vuillermoz et Jean-Noël Brouté jouent un binôme hilarant et l'apparition de Pierre Arditi en pêcheur éructant et vociférant est plus que savoureuse. Seul l'indispensable Denis PodalydèBruno Podalydès, sans effets de manche, est belle et élégante, bien aidée par une photographie qui rend justice aux décors naturels dans lesquels se déroulent le récit. Tour à tour réflexion sur la nature contre le consumérisme urbain, l'amour et le couple, Comme un avion est un film atypique qui incite à la contemplation sans jamais être lent ou didactique. Si le film aurait gagné à être resserré (un quart d'heure en moins ne lui aurait pas été préjudiciable), cette parenthèse enchantée, bucolique et printanière est un moment de douceur et de grâce infinie. Atterrissage réussi pour Bruno Podalydès, qui a assuré. Comme un chef. s interprète un personnage un peu plus en retrait qu'à l'accoutumée, mais il le fait néanmoins très bien. La mise en scène de

COMME UN AVION (Critique)

Titre Original: COMME UN AVION

Réalisé par: Bruno Podalydès

Genre: Comédie

Sortie le: 10 juin 2015

Distribué par: UGC Distribution

COMME UN AVION (Critique)EXCELLENT


wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma
wallpaper-1019588
Ant-Man et la Guêpe
wallpaper-1019588
Menteur, Menteur
wallpaper-1019588
Thandie Newton au casting de Reminiscence signé Lisa Joy ?
wallpaper-1019588
Kit Harrington bientôt dans un film du Marvel Cinematic Universe ?
wallpaper-1019588
Affiche IMAX pour Ad Astra de James Gray
wallpaper-1019588
Première affiche US pour The Report de Scott Z. Burns