Le Loup de Wall Street, critique

Le Loup de Wall Street, critique

On l’a attendu toute l’année et il est arrivé à point nommé pour Noël, le Scorsese nouveau est arrivé, plus déjanté que jamais ! Le réalisateur nous embarque dans une épopée financière dominée par un Leonardo DiCaprio phénoménal avec Le Loup de Wall Street.

Le Loup de Wall Street, critiqueAvec Hugo Cabret, on aurait pu penser que Martin Scorsese s’était assagi, préférant maintenant rendre hommage au cinéma qui l’a bercé. Rassurez-vous, ce n’est pas le cas et du haut de ses 71 ans, il n’a pas fini de nous surprendre et se montre surtout plus en forme et virulent que jamais ! Et pour parler de notre crise actuelle, le voilà parti dans un film fleuve comme il aime en faire régulièrement, replongeant dans le milieu de la finance débridé des années 80.

En adaptant les mémoires de Jordan Belfort avec un scénario ample de Terrence Winter (complice de Martin Scorsese sur Boardwalk Empire), le réalisateur va donc nous raconter la gloire et la chute du courtier en bourse depuis ses début à Wall Street à son fin en prison en passant par la fondation de sa propre société, l’arnaque des boursicoteurs, son couple qui bat de l’aile et son addiction aux drogues. Un programme chargé qui s’étendra sur 3 heures.

Le Loup de Wall Street, critique

En effet, galvanisé par son sujet, Scorsese nous embarque dans un long trip mélangeant dollars, sexe, drogue et rock’n'roll avec une mise en scène plus que dynamique qui arrive, malgré quelques petites longueurs, à nous emporter et à nous faire adorer détester Belfort. Le réalisateur ne porte aucun jugement sur les personnages (une belle galerie de seconds rôles avec Jonah Hill, Matthew McConaughey, Kyle Chandler et même Jean Dujardin) qu’il présente et qui se comportent tous de manière odieuse. Finalement, dans la finance des 80′s, il trouve des personnages encore plus détestables que ceux des ses films de gangsters. D’ailleurs, au même titre que les fresques qu’étaient les Affranchis ou Casino, le Loup de Wall Street comporte déjà ses propres séquences cultes qui marquent vraiment les esprits.

Le Loup de Wall Street, critique

Complètement libéré des contraintes des gros studios (le film a été produit en toute indépendance), le réalisateur se lâche complètement et on ne comptera plus le nombre de « fuck» , de nanas à poil, de snifs, bref, c’est vulgaire, à la limite du grotesque, mais sacrément galvanisant. Car Scorsese dépasse cette vulgarité et la simple comédie débridée pour y apporter un discours et une vision critique de la société de l’époque et donc de notre société en crise d’aujourd’hui et du système complètement perverti.

Le Loup de Wall Street, critique

Mais il faut dire aussi que le Loup de Wall Street ne pourrait pas non plus être la réussite qu’il est sans Leonardo DiCaprio. En effet, complètement dans la peau de Jordan Belfort, l’acteur prouve une nouvelle fois (si il en était encore besoin) qu’il est bien le plus doué de sa génération et le meilleur comédien du moment. Galvanisé par Scorsese (ou est-ce Scorsese motivé par son acteur ?) pour leur cinquième collaboration, DiCaprio apparait ici aussi à l’aise dans le jeune premier des débuts que lorsqu’il doit motiver ses troupes de traders aux dents longues, aussi possédé que le gourou d’un secte dont le dollar serait la religion, et la drogue et les prostituées seraient les apôtres. Jamais on n’a vu l’acteur aussi déchaîné et il nous offre un véritable show à chaque instant, portant aisément les trois heures de spectacles avec un charisme énorme.

Le Loup de Wall Street, critique

Scorsese n’a dont pas encore donné son dernier mot et a de quoi électriser les spectateurs avec ce Loup de Wall Street déchainé porté par un DiCaprio au sommet !


wallpaper-1019588
Premier trailer pour Emily de Frances O'Connor
wallpaper-1019588
Vers un quatrième film Kung-Fu Panda pour 2024 ?
wallpaper-1019588
Sienna Miller en vedette de Horizon signé Kevin Costner ?
wallpaper-1019588
Affiche FR pour Enzo le Croco de Will Speck et Josh Gordon